metal Métal > La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons

Biographie > LFDLSTQNLC

La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons ou plus simplement La Fin De La Société ou encore LFDLSTQNLC s'est formé en 1999 dans les Landes. Le groupe accorde une place prépondérante à son aspect visuel et transforme chaque concert en spectacle inspiré par le théâtre, puisque les musiciens sont déguisés et maquillés (pour le coup, on se croirait chez Marcel Et Son Orchestre !). C'est donc logiquement que la formation joue aux coté de Empalot et aussi Gojira, Manimal, Defdump, ... Coté disques, LFDLSTQNLC a sorti un maxi éponyme en 2004 et c'est à l'automne 2006 que paraît Cirkle, nouveau maxi du groupe. L'objet a été enregistré et mixé par Kris (guitariste du combo) au South Pross studio puis masterisé par Joe et Laurentx au Studio Des Milans (le fief de Gojira), la grande classe... Au fil de son existence, le line-up de la troupe a évolué et compte aujourd'hui dans ses rangs Adrix (batterie électronique), Fanny (violoncelle), Nicoco (chant lead, tuba, percussions, samples), Dani (basse et chant), Kris (guitare) et Matt (guitare et chant).

La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons / Chronique EP > Cirkle

La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons - Cirkle Si Apocalyptica incorpore la noblesse des violoncelles pour prodiguer une musique vibrante et Bawdy Festival s'amuse à mêler un univers clownesque à son métal, La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons créer un trait d'union entre la musique festive des Hurlements D'Léo et des Ogres De Barback avec le métal cintré de Psykup. L'ombre de Empalot ne rôde donc pas très loin, même si LFDLSTQNLC s'avère, dans l'ensemble, être plus opaque que le (défunt ?) side-project de Joe et Mario (actuels Gojira et instigateurs de Empalot).
C'est à la faveur des interventions d'un tuba et d'un violoncelle très présent que La Fin De La Société glisse ses bribes de tendresse et de mélancolie entre de gros parpaings death-métal. La douceur des passages acoustiques (tuba, violoncelle) cohabite ou alterne avec les phases chaotiques, parfaitement soulignées, elles, par l'usage de la batterie électronique ("Cirkle"). La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons est une terre de contrastes, loin de la jouer "plein de muscles et juste un zeste de tendresse". Car le groupe dessine des nuances bien marquées ("Sexplove"), s'offre une succulente piste instrumentale et domptée à merveille ("Par la racine"), parvient aussi à empiéter sur Empalot grâce aux brèves intrusions funky de "Mik mak" et libère une grosse dose d'ingéniosité sur le magnifique "A party odyssey", morceau mariant parfaitement le coté brutal et la face acoustique de La Fin De La Société durant sept minutes de pur bonheur.
Confrontation de la féerie des bandes originales des films de Tim Burton ("Par la racine"), du métal à haute énergie contenue de Sikth et Psykup ("Cirkle"), du fraggle rock de Enhuma, du cirque de Bawdy Festival, de la folie (pas) douce de Anthurus D'Archer, de la joie de vivre des groupes-fanfares (Debout Sur Le Zinc, Hurlements D'Léo, ...), de chant growl et clair, de guitares puissantes et de cordes veloutées, La Fin De La Société Telle Que Nous La Connaissons est bien en marche et ne compte pas s'arrêter... Et c'est tant mieux, puisque celle là ne fera de mal à personne durant les cinq prochaines années !