Klone : All seeing eye A chaque étape, Klone nous surprend, se surpassant à chaque fois et ouvrant avec facilité de nouveaux horizons à son métal orienté death. All seeing eye voit surtout une forme de libération de Matthieu et de ses samples qui sont bien plus nombreux et prennent plus d'importance que par le passé. Et si la partie émergée de son travail sont deux intermèdes ("Hidden ways" et "Not the end"), on trouve partout des samples plus ou moins discrets que ce soit un étrange sample de sonnerie sur "Empire of shame" ou ce superbe passage à la fin de "All seeing eye" où des sons de cloches viennent renforcer les riffs et les enchaînements qui sonnent très Gojira... Comparaison d'autant plus aisée et logique que Joe (Gojira, The Cavalera Conspiracy) participe au titre marqué par des guitares très en forme et une batterie destructrice. Matthieu joue aussi du saxo et c'est "Commonplace" qui en bénéficie, conférant à la plage un charme envoûtant qu'adoreront les amateurs de Ministry. Bien entendu, il faut ajouter à tout cela ce qui a fait Klone jusque là. A à savoir de très gros riffs, un son énorme, une rythmique massive (qui peut l'être encore plus sur "Choked" et sa basse explosive) et une capacité à passer du death metal à des mélodies très harmonieuses ("Candlelight", "Promises"), voire carrément à faire évoluer un titre depuis une douce base rock/métal vers une déflagration sonique continue ("Last breath"). Même avec quelques moments de répits, All seeing eye reste d'une grosse densité et la multiplicité des talents des cinq membres de Klone permet de travailler autant la finesse que la puissance et laisse tous nos sens en éveil.
Distribué à travers le monde (par Season of Mist), Klone suit les traces de Gojira sans forcément avoir connu le même succés en France, si demain tu te plains d'avoir à le partager avec le reste de la planète, tu ne pourras pas nous accuser de ne pas t'avoir prévenu...