metal Métal > Kipling

Biographie > Rudyard

Depuis 2007 et l'arrivée de son batteur actuel Sofian, Kipling n'a pas changé, a livré un autre EP (éponyme, 2008) et a ouvert pour Silverstein. Ce combo lyonnais n'a pas forcément encore fait parler de lui hors de la région Rhône Alpes mais avec ce premier album plus que réussi sorti en octobre 2009 chez M & O Office (Dustbowl, Element, Gokan, Holophonics...), Nicolas (guitare/chant), Alexandre (guitare), Thibaut (basse), Hugo (samples, claviers) et donc Sofian (batterie) vont forcément faire leur trou en 2010 qu'ils commencent en partageant l'affiche avec AqME et Mass Hysteria...

Kipling / Chronique LP > Lives and walls

Lives and walls - Kipling Jolie claque que cet inattendu Lives and walls de Kipling, jeune groupe (même si ses membres ont de l'expérience) dont on n'avait pas entendu parler jusque là et qui s'offre un premier album à la croisée de plusieurs chemins qu'on aime emprunter. Après une intro où la tension tremblotante laisse place à un son de clavier un peu déroutant (un manège d'enfant intrigant) et à un riff qui lance la galette avec le titre éponyme qui sert aussi de source d'inspiration à la pochette très réussie. Métal émo entre les bien polis derniers Funeral For A Friend et les plus rugueux Thursday, Kipling place des guitares écorchées et un chant (avec ou sans effet travaillé) qui nous touche au coeur sans attendre. "Lives and walls" est un des meilleurs titres de la galette, de quoi attirer l'attention et faire dresser nos poils grâce à la partie finale du morceau, tout simplement jouissive. La classe, et d'entrée de jeu s'il vous plaît. Difficile de tenir la distance ensuite ? Mais non, Nicolas joue à l'ensorceleur, se permettant de squatter les plate-bande vocales du petit Bellamy, trouvant des aigus bien plus supportables que ceux de Muse. Là encore l'effet placé de temps en temps sur le chant et sa superposition donnent de la profondeur et du relief. C'est un des points forts de Kipling avec l'intelligence qu'à le groupe dans le choix des passages à laisser à l'un ou l'autre instrument, batterie, sample, basse, guitares et chant peuvent se retrouver seul ou à deux pour faire progresser le titre et permettre un gros coup de boost quand le groupe repart à l'unisson ("Stolen days"), à ce petit jeu, les lignes de guitare sont étincelantes ("Hands") et le passage a capella (It flows in my veins and it poisons me / It sounds like an inner conspiracy) de "Heroin" est remarquable car vraiment poignant, et ce malgré quelques petits soucis avec l'accent anglais.
Aussi à l'aise dans les parties burnées que les moments plus délicats, aidé en cela par son impeccable, les Kipling signent un excellent premier album, s'ils sont aussi bons sur scène, ils ont tout pour réussir dans les années à venir. Alors si ce nom ne t'évoque que Le livre de la jungle, va les écouter sur MySpace/KiplingTheBand, chope ce Lives and walls et surveille la liste de leurs prochains concerts...