metal Métal > Kamran

Biographie > Kamranalyse

Le néo en provenance du Sud, près d'Aix en Provence, tient en Kamran un sacré représentant. Rythmique solide, riffs outrageusement massifs et un flow fluide. L'histoire de Kamran commence vers avril 1999, à l'initiative de Guillaume (guitare), Ben (batterie) et Daniel (basse). Commençant par des reprises de Machine Head, Korn et Sepultura, Kamran se trouvera au complet en Mars 2001 et commence à se montrer dans des concerts locaux. Quelques changements de line-up, Antho oeuvre maintenant à la basse, et Pet prend la place de deuxième chanteur. Le groupe se produit courant 2003 avec des groupes comme Oedipe, Eths, Caedes, Toxitoys, enfin que du beau monde...
Parallèlement à la sortie de son maxi Pose ta Marke, le groupe a rejoint le collectif La Rouste aux côtés de Caedes, Kubrik, Onfz'd et Mal D'aurore.

Kamran / Chronique EP > Pose ta Marke

Kamran : Pose ta Marke Premier maxi 5 titres pour Kamran, Pose ta Marque à été enregistré au studio Nowhere par Bill et Nejo d'Enhancer et mixé par Christian Carvin au studio All Production. Aux premières notes qui coulent de ce maxi et à la photo qui orne le press-book, on se dit que l'on a encore affaire à un groupe de néo parisien aussi trépidant qu'une vieille paire de chausettes. Erreur fatale, Kamran est à l'opposé des clichés néo et des titres mous du tibia de certains et ces gars-là ont de l'énergie à revendre !
Nono et Pet hurlent, rappent, chantent avec une facilité déconcertante, la batterie matraque comme un joli diable, les guitares cinglent et lacèrent l'air à grande vitesse, la basse plombant le reste avec cynisme. "K par K" met les haut-parleurs à rude épreuve, les guitares descendant très bas, concurrençant Korn avec allégresse et efficacité, le son est nickel, soigné et mixé avec sagesse, la musique étant suffisamment puissante. Un léger goût issu d'un croisement entre Korn et Tripod, Kamran possède une touche hardcore qui fait mouche et apporte au combo une puissance de feu toute particulièrement, comme sur "Force et Respect".
Rythmique implacable, "O²" embrase l'atmosphère de sa frappe binaire et syncopée, les lyrics méritent le détour, l'équilibre entre les aspects purement rythmique des guitares et les mélodies d'arrière-plans de la basse est subtile, l'avalanche sonore est un délice, la batterie prolixe mais sans excès. "Core à Corps" assène également son quota de décibels, avec le featuring de Fabz de Caedes, Les caïds du métal ont du sang à se faire avec Kamran et son avalanche de riffs lestés de plombs, assénés à coups de batterie hallucinante, dont la prestation fait l'unanimité.