metal Métal > K-Again

Biographie > K A Gain

Les débuts de K-Again remontent à octobre 1998 à Milan (Italie), où plusieurs musiciens se retrouvent afin d'envoyer des ondes sonores dans la scène locale. En 1999, K-Again sort sa première démo Fake Friends, et signe sur Evident Records pour un album qui ne verra jamais le jour; après un enregistrement à n'en plus finir, le groupe met un terme à sa relation avec le label en 2000. Le groupe remplace son bassiste par Tambu et débauche également un deuxième chanteur. En 2001, K-Again signe avec 2KK Records et sort une version révisé de son album Goodbye, après un festival inatteignable le 13 septembre, pour cause d'avions au sol, et un jeu de chaises musicales, le groupe se retrouve à l'état de duo au début 2002. Après avoir recomplété leurs rangs, le groupe enregistre un EP ultraVIOLENCE représentant un changement dans la musique du groupe, plus métal et hardcore.
En 2003, le groupe s'envole pour Hollywood pour enregistrer avec Logan Mader (Machine Head, Soulfly, Medication, Stereo Black). Après force de répétitions et un nouveau batteur (le cinquième ?), le groupe sort son EP Memories of an evolution en septembre 2004 sur 2KK Records, EP qui sort le 17 octobre en France.

K-Again / Chronique EP > Memories of an evolution

K-Again : Memories of an evolution Six titres explosifs, martellés et martirisés, six titres de métal aux tendances un peu old-school, Memories of an evolution a été enregistré en 2003 par Logan Mader (Machine Head, Soulfly). Riffs directs, version pain-dans-la-gueule, la force de frappe de K-Again est efficace, précise et mise en place avec précaution. À classer aux côtés de Coal Chamber, American Head Charge, Machine Head ou Zuul Fx, le groupe tire son épingle du jeu par les influences italiennes qu'ils n'ont réussi à gommer malgré une américanisation galopante, un "Wash the pain" somme toute très classique, guitare compressée, chant patiné, mais guitares abrasives, batterie aux abois, K-Again laisse peu de répit sur un titre chauffé à blanc."Father", quant à lui déferle, tsunami métallique, raz-de-marée sonore, une basse sulfureuse, un titre à ne pas mettre entre toutes les oreilles, couplets extrêmement corrosifs, accrocheurs à souhait, refrain à la limite un peu trop épuré (sans s'approcher d'un Linkin Park cependant...), auquel il faudrait revoir les harmonies du contre-chant, la fin est magnifique, descrecendo controlé et outro au piano. K-Again réembraye de plus belle avec un sismique "Isolated", qui louche entre Terroristars et Sevendust, guitare épileptique, grosse caisse volubile, chant écorché, syncopes, silences, accords solitaires en palm-muting, très rythmique, atmosphère qui se vitriolise, se contracte, s'accélère, mais termine brusquement en nous laissant sur notre faim. "Another day in side" se fait un peu lancinant, un peu déjà-vue mais avec une envolée maîtrisée du chant magnifique, et précède le cataclismique "Go straight" qui fait justement tout tout sauf aller tout droit, déluge mélodique, averse rythmique, chant qui passe à travers quelques effets, basse décharnée, les italiens prélèvent quelques idées à gauche à droite, mais y incorpore un rythme endiablé prompt au headbanging.