metal Métal > Izah

Biographie > belle ?

C'est à Tilburg (aux Pays-Bas donc) en 2006 que Van Oosterhout (guitariste) et Entius (chanteur) fondent Izah, ils sont rapidement rejoints par Van Wegberg (batteur), Bastiaansen (guitariste) et un bassiste. Ils enregistrent un premier EP éponyme (deux titres d'une dizaine de minutes dont on parle juste après) fin 2008 et en assurent la promo chez eux puis à travers l'Europe et le mettent à dispo sur leur site web. Leur bassiste d'origine quitte alors l'aventure, il est remplacé par Terhorst et un autre membre s'ajoute en la personne de De Jong (sampler, guitariste) en janvier 2009. Ils jouent avec Callisto ainsi que bien d'autres groupes Hollandais, bientôt avec Baroness et espèrent prendre la route vers nos contrées...

Izah / Chronique Split > Izah | Fire Walk With Us

Izah | Fire Walk With Us Il y a trois ans, en deux titres et un EP, Izah nous avait rallié à sa cause, celle d'un post-hardcore sombre bien thrash : ils reviennent avec un seul titre dans un nouvel EP partagé avec Fire Walk With Us dont on reparlera plus loin. C'est en compagnie de Bart Hennephof, le guitariste de Textures, que les Hollandais ont enregistré ce titre qui pourrait paraître (ou pas, ce serait alors un gros gros bonus!) sur leur premier opus Sistere attendu dans les prochains mois. "Antagonized" commence à fond la caisse, l'agression est tant vocale que rythmique avec un son grave et des écorchures dans tous les sens, les guitares s'illuminent un peu pour trancher davantage dans le vif, c'est du grand art de la lacération auditive. Et puis plus rien. Ou presque. Quelques notes, un peu de vent, quelques coups sur les tomes, comme dans les films d'horreur, on sait qu'il va se passer un truc, on cherche à savoir quoi pour se rassurer mais là, ça ne fonctionne pas, la tension monte avec le rythme et la fréquence cardiaque. Le chant attaque de nouveau "en douceur" (tout est très relatif hein), bientôt accompagné par une guitare qui s'éloigne du haut du manche et alors qu'on pense avoir évité le choc, la course effrénée est relancée. Jouissif. Et on est reparti pour un tour avec baisse de la pression, des riffs en mode "repeat" et une nouvelle montée d'angoisse. Plus distinct et plus clair, la partie chantée montre quelques limites mais c'est dans une spirale Toolienne que s'achève ce morceau et ainsi la moitié du split.

Car Izah a envoyé plus de 11 minutes de musique, il en reste un peu moins de treize aux Fire Walk With Us pour leur répondre. C'est un quatuor d'Amsterdam qui a déjà sorti deux CDs et croisé la route de Earth, AmenRa, ZU, Kickback ou Rise & Fall. Sans chanteur, le groupe semble plus accessible et moins agressif sans pour autant pouvoir les qualifier de "post-rock", car si l'ensemble est en effet plus lumineux, c'est bel et bien encore le métal qui est le ciment de leurs deux compositions. Le groupe a enregistré lui-même ses titres qui perdent un peu de puissance au passage (notamment la batterie), surtout après le raz-de-marée Izah. Cela handicape quelque peu les parties sludge et bien lourdes mais fait ressortir les parties claires que l'on trouve à la fois sur "Ascent" et "Bygones". Les deux pièces laissent aussi pas mal de place aux larsens et ne posent pas vraiment le jeu mise à part lors d'une intro ou d'une outro, la teneur de l'air en sons est souvent chargée.

Le split Izah | Fire Walk With Us témoigne de la bonne santé du post-hardcore chez nos amis oranje puisqu'ils arrivent à en exporter chez nous ! Et à l'heure d'internet, tu peux te permettre de les écouter gratuitement, alors ne te prive pas d'une belle découverte (ou deux). Et si tu veux t'aventurer un peu plus loin, pourquoi ne pas aller fouiner chez les deux autres signatures de Rising Magma Records que sont Sardonis et Tank86 ?

Izah / Chronique EP > Izah

izah S'il fallait "tiroiriser" le style d'Izah, il faudrait en créer un nouveau et il ne conviendrait forcément pas, un truc pas trop mal serait du post-thrash ou un truc du genre parce que les Bataves foutent parfois une grosse voix bien bourrin digne héritière du thrash (Pantera, Sepultura, Slayer pour schématiser) sur des plans ultra lents estampillées post-hardcore (Cult of Luna, Neurosis, Pelican pour continuer dans les références évidentes) tout en n'étant pas aussi simple à comparer à aucun de ces groupes ou d'autres frontaliers comme AmenRa, Isis ou Rorcal. Avec cette liste, tu n'en sais qu'un tout petit peu plus mais tu sais déjà si ça peut te brancher ou pas.
Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'en deux morceaux ("Finite horizon" et "Crevice" qui durent une dizaine de minutes chacun tout de même !), Izah montre l'étendue de ses talents. Ils aiment commencer dans le dur et passer en force dans nos tympans dès les premières secondes, une fois bien pulvérisés, ils nous soignent les conduits auditifs en calmant le jeu, passant le chant dans les aigüs (une ou deux lignes sont à la limite de ce que peut faire le chanteur, dommage) et optant pour un tempo haché plutôt que tronçonneuse, ça fait toujours mal mais c'est bien plus lourd que rapide. Les changements d'atmosphère (presque de style !) se font assez bien par des montées de tension ou des ruptures abruptes, du classique mais de l'efficace.
Intrigué ? Intéressé ? Télécharge cet EP éponyme et fais-toi ton idée sur Izah tout en sachant que depuis l'écriture et l'enregistrement de ces 2 titres, le groupe a changé de bassiste et s'est renforcé avec la venue d'un guitariste qui manie également le sampler, de quoi ouvrir d'autres horizons, encore et toujours...

[nl] Izah (EP): zip (18 hits)External ]