metal Métal > H.U.D.

Biographie > Head Up Display

H.U.D. signifie Head Up Display (à savoir la fiche perso dans les First Person Shooter dont Estefanio est un passionné, notamment Quake 3) et existe depuis novembre 2000. Le groupe est en fait un mix de membres de deux formations toulousaines aujourd'hui disparues, d'un côté S.P.U.D., groupe de fusion qui a écumé les années 90 en compagnie de No one is innocent, Oneyed Jack ou Lofofora, en sont issus Benoît (chant) et Estefanio (guitare), de l'autre Connect où sévissaient Yarik (guitare), Gilles (basse) et Simon (batterie). En décembre 2001, le combo enregistre plusieurs titres à La Mounède avec Hugues Marmet et Youssef Dassouli, c'est dans le courant de l'année 2002 que débarque donc ce Pulsion, un EP 7 titres produit avec l'aide de Mayday productions.

H.U.D. / Chronique EP > Pulsion

hud : pulsion 7 titres pour ce EP que l'on peut décomposer en deux, en effet il propose 5 morceaux "normaux" (enfin 4, si l'on considère "Ante" comme une longue intro du titre qui suit) et 2 "remix", ce sont les deux derniers titres du CD mais je vais commencer par eux... Le "B.N.P.", remixé par Gazoline, n'apporte pas grand chose, quelques sons électroniques au-dessus du titre original ne le modifie que très discrètement. "Pulsion" passé au filtre de Gyl (n.i.u.t.) est un peu plus travaillé, les guitares sont nettement moins présentes, le beat machinal se fait bien entendre, le tempo est calmé mais là encore il n'y a que peu d'intérêt. Concentrons-nous plutôt sur les cinq titres du groupe proprement dit, cinq titres que l'on qualifiera de fusion ou pour être plus dans le goût du jour de néo-métal rappé. Mais les influences du groupe sont plus du côté du premier album des No one is innocent que de Limp Bizkit (!), les titres sont hachés, le flow bien tenu, les riffs bien envoyés, les textes plutôt bien écrits passant facilement d'historiette comme "B.N.P." (l'outro est remarquable de par ses mélodies et de l'ambiance qu'elle dégage), à un sujet plus grave sur "Pulsion" et à l'humour de "Silly/conne". Si le mix du Cd est bon (si on excepte les altermoiements du son de basse), on peut cependant reprocher au son un certain manque de patate, les guitares perdent de leur tranchant, de leur percussion, comme si les riffs violents traversaient un matelas avant d'arriver dans nos oreilles. Cela n'est absolument pas un problème sur les couplets "calmes", très travaillées, mais quand arrivent les refrains, on aimerait en prendre bien plus dans la tronche. En tout cas, en live, ça doit être efficace et il y a fort à parier que la prochaine production du groupe saura trouver le son qu'ils méritent.