metal Métal > Hollow Corp.

Biographie > Société Fantôme


Hollow Corp. pousse ses premiers cris vers mi-2005, sur les cendres de Coverage, avec une approche plus radicale et violente q'uavec le projet précédent. Lolo assure la batterie, Stef le chant, Mathieu et Guillaume les guitares, et Romain la basse. Le groupe se rode en live en partageant la scène avec entre autres, Jesu, Kill The Thrill, Treponem Pal, Zatokrev, Gojira, Membrane...
Après une vingtaine de jours de studio, Hollow Corp. a donné naissance à son premier (et intense) album, Cloister of Radiance, sorti en Europe le 26 septembre 2007, grâce au label suédois Dental Records.

Hollow Corp. / Chronique LP > Cloister of radiance


Hollow Corp. - Cloister of radiance Hollow Corp. loin de sonner creux avec cet album, cautérise l'atmosphère par son métal froid et chirurgical. À ranger aux côtés de X-Vision et Down For Life, Hollow Corp. laisse des séquelles indélibiles, des plaies sonores ouvertes, avec ce huit titres condensé et bétonné. Enregistré par Julien Fehlmann et masterisé par Magnus Lindberg (que l'on ne présente plus) et Pelle Henricsson, cet album va faire mal dans les chaumières.
Huit titres d'une noirceur rare, malgré un optimisme de mise avec "Elevation" la claque assénée par Hollow Corp. est fulgurante ; roulements de guitares, une basse qui enchaîne les notes, capturant l'enveloppe sonore de chaque note dans un cloître hypnotique, attaque sur attaque, un faible sustain et aucune chute, roulements de batterie, le son de Hollow Corp. est intense et frappant, laissant l'auditeur au tapis. "Inferno" élève la température par son tempérament : un son discordant qui rappelle Unearthed mais d'une façon beaucoup plus construite. Accords éthérés et suspendus dans une moitié de ciel, "Code", quant à lui, injecte juste une ampoule d'adrénaline au circuit, du punk-hardcore à l'oeuvre, downstrokes, une furie intense et concentrée en ce point de l'espace précis.
Aux côtés de ces brulôts instables et volatils, Hollow Corp. se calme sur l'aérien "Peripherals" avec ces trois lignes de mélodies qui s'entremêlent, s'entrechoquent et se volatilisent dans une atmosphère saturée redéfinissant la notion de calme, celui-ci est noir, lent mais saturé, distordu et flotte jusqu'à dispersion, une ode qui s'étire, tout en se renouvellant, repoussant les frontières temporelles.
Hollow Corp. s'ennivre avec des grosses guitares. "Opium" en est l'incarnation, avalanche de guitares, tombés de rideaux, passages élastiques, calmes et inquiétants. Huits titres denses qui donne une autre signification aux mots saturation, silence et temps, Hollow Corp. sort la grosse artillerie, explose toutes les tranchées aux alentours pour son Cloister of Radiance dévastateur.

[fr] Hollow Corp. - Sabbat.mp3 (32 hits)External ]