metal Métal > Headust

Biographie > têtepoussière

Headust en un gros fouillis de grots mots c'est : brutal, jeune, métal, double pédale non-stop, néo-molo voire un peu trop, toxico-naut, Vosgien, Nostromo et Napalm Death on adore, bref des débuts solides, encore un groupe qui pourra se forger une bruyante réputation. Formés en 1997de Charly et Fucking Poloche aux guitares, de Doudouble à la batterie, de Zack Shion Man à la basse et enfin de Jaype au chant, les Headust ont enregistré un 8 titres de bouchers en août 2002 et s'en portent bien. Nous aussi d'ailleurs.

Headust / Chronique EP > Toxiconaut

headust : toxiconaut Malgré un son plutôt moyen et des passages néo qui ne cadrent pas toujours, à mon avis, avec l'ensemble, Headust réussit à donner une très bonne première impression, sur une scène métal française parfois clonée et cloisonnée, ils se font leur trou, dans la veine de ces groupes qui ne font pas jumper que les minettes… Grosse voix à l'appui, parfois les thèmes restent quelques peu lourdauds, les titres parlant d'eux-mêmes ("Sect of the wine", "Toxiconaut" …). Cela n'empêche pas des titres plus personnels comme "Feeling like a ghost" ou "For lack of style". Le titre le plus représentatif du groupe serait à mon avis "Toxiconaut" ne serait-ce que pour la frappe ultra-rapide, les quelques parties chantées pas trop mal placées sur cette compo et la bonne voix beuglante. Les riffs sont à vifs, décollage immédiat, "this is my new planet !" on les suit sans problème, "besoin d 'oxygène…" oui si on se trouve dans le pit avec cette chanson !! =) Gros break grattes/basse et un cri bien placé, on sait à quoi s'attendre ! En clair, une très bonne compo ! Autre ambiance sur "Feeling like a ghost". L'intro criée est bien envoyée, on se sent tout petit devant une aussi grosse décharge de violence, normal il suffit de lire les paroles, on comprend mieux… En critique générale de cette album je me permettrais de reprocher le manque personnalité de certaine compos, un peu trop froides… Ce qui ne vaut absolument pas pour "Small animals", titre presque désuet de prime abord il est aussi bouillant, rock'n'roll et mélancolique à souhait. On accroche tout de suite, les parties rapides succèdent aux débuts mélodiques, le tout reste bien en tête. Les tempos sont ici assez lents, les thèmes un poil cliché mais surtout pas vraiment gais "My madness is inside. Endless. Thinking of suicide but I'm not able to act. Animal (…) What Am I ?" Clin d'oeil à la SOAD le temps d'un riff et on repart sur un ensemble plus dense. Bref on se porte bien, et eux aussi finalement vu la compo cachée, à base de cuivres, de délires et d'ambiance bien sentie ! Désormais c'est sur scène qu'on les attend…