Hangman's Chair - This is not supposed to be positive Hangman's Chair fête ses 10 ans cette année avec un quatrième album intitulé This is not supposed to be positive, on savait le groupe peu optimiste dans sa musique et son imagerie, le split avec Acid Deathtrip de l'an dernier n'a pas vraiment coloré leurs idées, la guillotine ensanglantée n'est en effet pas un truc très positif... Et le mec au chapeau (Anatole Deibler, le plus célèbre bourreau de France) n'inspire pas confiance non plus même si les couleurs ambiance pastel nuancent le tout et rajoutent davantage de tension. Et si je passe autant de temps à disserter sur ce très réussi artwork (signé Dave Decat à l'origine, le même illustrateur que pour Hope//Dope//Rope), c'est qu'il est vraiment raccord avec la musique proposée par les Parisiens : un sludge toujours plus inquiétant que chaleureux malgré des teintes ultra agréables.

L'alternance de riffs ultra lourds et gras et de passages aussi lumineux que le soleil du désert (coucou Mars Red Sky) est toujours la règle de base pour construire des titres lancinants qui lézardent sur les rochers avant de, parfois, s'exciter quelque peu pour rejoindre une mare de vase. Entre le Nevada et la Louisianne, il y a quelques kilomètres mais les Hangman's Chair connaissent des raccourcis pour relier les deux et créer leur paysage sonore. Une ambiance qui vire au sublime quand ils calment peu ou prou le rythme, on obtient alors des morceaux de la trempe de "Your stone" ou "Flashback" qui sont juste "beaux". Et c'est déjà pas mal. Entre les éternelles références sludge (Down) et stoner (Kyuss), on peut ajouter une pincée de grunge plaintif à la Alice in Chains (pour le chant de "Requiem" ou les grattes hâchées et métalliquement plus claires de "No one says goodbye like me"). Si la voix (et ses nombreuses facettes) semble être un des éléments les plus accrocheurs de ce This is not supposed to be positive, les Parisiens démontrent avec "Les enfants des monstres pleurent leur désespoir" (tout un programme) qu'elle n'est pas indispensable pour composer un titre réussi d'Hangman's Chair. Ceci dit, quand ils répondent tous présents et jouent sur tous les tableaux, on a le droit à des morceaux d'exception comme ce "Cut up kids" de grande classe.

This is not supposed to be positive se révèle être un nouveau chef d'oeuvre. Peut-être plus mais pas moins.