metal Métal > Grotesque Through Incoherence

Biographie > c'est toi qui est grotesque

Grotesque Through Incoherence, que les milieux hypes dénomment déjà GTI, évolue depuis plusieurs années dans les environs Nantais. Durant ces années, ils croisent Gojira, Feeding, Inside Conflict ou Romeo Is Bleeding, enfin ceci n'est qu'un échantillon parmi la pelletée de groupes avec qui GTI a eu l'occasion de brûler les planches.
Appréciant Dying foetus, Meshuggah, Dream Theater ou Dillinger Escape Plan, les musiciens de ce groupe écrivent des titres puissants et complexes mais jamais sans perdre un bon brin d'hilarité. Eh oui ! Adeptes d'humour décalé, de métal, et d'auto-dérision, ça vous dit rien ? Mais si ! Anthurus D'Archer. Etant amis avec plusieurs groupe de la Klonosphère, c'est donc en toute logique que Grotesque Through Incoherence intègre le collectif il y a quelques semaines, histoire d'apporter encore plus de crédit à ce premier album sorti fin 2004. Pour le line-up, comptez sur Guyom au chant, Romain à la guitare et le gang des 3 "Y" : Yann à la batterie, Yoann à la basse et Yvan, l'autre guitariste, pour vous faire exploser leurs titres à la figure. [ [fr] klonosphere: site officiel de l'asso/collectif (14 hits)External ]

Grotesque Through Incoherence / Chronique LP > Utopia City

Grotesque Through Incoherence : Utopia City C'est bien simple : à la première écoute du premier titre je jubilais d'entendre "Magic brush" déferler de cette façon. Ensuite, l'effervescence est retombée, étant conscient que ce n'était tout de même pas l'album du siècle, d'ailleurs y en aura-t-il un ? Mais c'est un autre débat. Revenons-en à nos GTI, car à défaut d'album du siècle, les gaillards délivrent quand même et ce, de manière relativement décontractée, une sorte de Psykup survitaminé (en ce qui concerne la structure des morceaux) croisé aux foutraqueries d'Anthurus D'Archer le tout arrosé par l'ingénierie de Sikth. On pourra les étiqueter de quelquechose-core, mais quoi exactement ? Difficile à dire, mais sans nul doute un peut de grind, de death, du gros son quoi.
Un intro bien dévastatrice de "Magic brush" comportant un extrait de la Quête du saint Graal des Monthy Python -et en V.O. s'il vous plait !- évidemment ça situe toute de suite les clients. Et en plus, ils s'amusent à en remettre des petits bouts tout au long du morceau...surtout l'apparition du terrible "white rabbit" qui refera plonger les adeptes du film instantanément dedans. Et c'est comme ça pendant tout l'album : intrusions jazz, samples télévisés, décalages en forme de générique de cartoon, grognements de cochons issus de la gorge de Guyom... que sais-je encore !
Pas besoin d'écouter les paroles très souvent hurlées (en quelle langue au fait ?) ou au bord de la vocifération, il suffit de lire les titres pour avoir une idée du registre caustique que Grotesque Through Incoherence envoie sur cet album : "Medef metal", "Skyrock" ou "Relax baby" sont là pour nous rappeler que le quintet nouvellement recruté au sein de l'écurie Klonosphère ne fait pas dans la romance d'amour à 2 balles. Et vas-y que ça décoiffe : "Relax baby", ou "Child of human sacrifice" et ses penchants délirants, limite Flying Pooh, ne manquent pas à l'appel afin de continuer d'affirmer que ce groupe-là ne se chauffe pas de petit bois. A l'instar de "Magic brush", "Medef metal" (magistral !) et "Yesterday is today" sont 2 grosses tueries qui passent très bien dès les premières écoutes, pourtant l'architecture des morceaux n'a rien d'évident. A contrario, j'ai eu énormément de mal avec "To be happy or not to be" mais le passage "unplugged" aide à se laisser dévorer par la folie meurtrière de GTI. Le disque se termine avec "Utopia" qui dépote tout aussi sévèrement mais qui se laisse aller (de façon ironique bien évidemment) à quelques intrusions en univers dance & techno de ploucs...
N'en jetez plus, la coupe est pleine, peut-être pas d'album du siècle mais une sacrée sensation pour 2005, avec espérons-le, des shows à la hauteur de cette surprenante prestation studio. Il y en aura toujours pour dire qu'il n'y avait pas matière à s'emballer de la sorte, je leur dirais juste : "gruik ! gruik ! allez tous vous faire enculer !"