metal Métal > Fuel For Riot

Biographie > Revolution is coming

Fuel For Riot, quintette parisien de métal ayant pris forme en 2007, est la réunion d'anciens membres de Drifting Breed, Swatt et Alesia. Influencé par l'environnement dans lequel l'être humain vit de nos jours, à savoir dans une société urbaine et en déclin, le groupe s'est efforcé de le peindre musicalement. Résultat : des textes revendicatifs et malsains sur une musique enragée influencée par des grands noms du genre (Sepultura, Machine Head, The Haunted, Black Label Society...). Désirant partager ses convictions sur scène, il ne manquait plus à Fuel For Riot qu'un début de répertoire. C'est désormais chose faite avec la sortie de leur premier maxi de 3 titres enregistré en juin 2008 au Hybreed Studio (7th Nemesis, The Arrs, Hardside...). [ [fr] Hybreed Studio: Site officiel du studio (12 hits)External ]

Review Festival : Fuel For Riot, Festival Tamacore #9 (nov. 2009)

Fuel For Riot / Chronique EP > Fuel for riot

Fuel For Riot - Fuel For Riot EP Lorsqu'un nouveau projet sonore se met en route, plusieurs possibilités s'offrent aux intéressés. Soit l'on considère qu'il est de bon ton d'être suractif, auquel cas on propose un éventail de compositions sur un large maxi CD ou un mini LP, au risque qu'elles soient plus ou moins bonnes ; soit toute l'attention se resserre sur quelques chansons bien travaillées et bien produites, le tout dans un ensemble homogène. Il apparaît que les parisiens de Fuel For Riot aient pris le pari de la deuxième solution. Et à l'écoute de ce trois titres, on se dit qu'ils ont bien fait. Car en terme de production, pour un groupe qui débute (rappelons tout de même la présence dans le quintette d'anciens membres de Drifting Breed, Swatt et Alésia), c'est plutôt fort bien réussi. Enregistré au Hybreed Studio par Andrew G., cet EP sent clairement la rage, la hargne, la violence et tout ce qui s'apparente à la révolte. C'est justement, cette dernière qui nourrit Fuel For Riot dans son thrash-métal à consonances hardcore. Avec un nom pareil, on se doutait bien que ces gaillards n'allaient pas nous proposer un pseudo rock affable avec de mièvres textes revendicatifs. Fuel For Riot ne nous laisse pas vraiment respirer lorsque l'on s'immisce dans leur univers. Un lâché de larsen typique des influences du groupe (dont Machine Head) et "There will be justice" démarre sur les chapeaux de roues. Les guitare massives et acérées se fondent sur le rouleau compresseur rythmique. Un petit air de déjà vu se fait sentir - Hatebreed diront certains, The Haunted ou Kickback diront d'autres - mais qui n'a jamais eu ce sentiment à l'écoute d'une nouvelle sensation métal ? Pas le temps de tergiverser que déjà "Crawling" nous plonge dans une lourdeur malsaine qui monte en puissance à coup de double-pédales bien placées et d'une rage vocale difficilement détrônable signé d'un solo de guitare joué comme il se doit. La recette reste inchangée sur le troisième et dernier morceau "Soundtrack to revolution" et Fuel For Riot confirme donc les bonnes premières impressions. Après cette quinzaine de minutes de déversement de gros son dans les écoutilles, on se demande si finalement les parisiens n'auraient pas dû nous lâcher un ou deux morceaux de plus. Il ne reste plus qu'à prendre notre mal en patience pour la suite discographique, avec un premier album qui devrait tenir toutes ses promesses.