metal Métal > F5

Biographie > F5 - touché !

Début 2003, le bassiste de Megadeth David Ellefson, le guitariste Steve Conley et le batteur David Small monte un groupe sous le nom de F5. Peu après ils sont rejoint par le chanteur Dale Steele et le guitariste John Davis. Entre métal et du rock un peu lourd, ces messieurs connaissent leur affaire. David Ellefson à propos du groupe : "F5 c'est un groupe, pas mon projet solo. Nous fonctionnons vraiment bien et le processus de composition est incroyable. Je suis très fier de ce groupe et des musiciens qui le compose".
Alors que Megadeth n'est plus, F5 pose son premier album A drug for all seasons avec ferveur, galette qui sort le13 septembre 2005 sur Mascot Records pour l'Europe. [ Mascot Records: Site du label (2 hits)External ]

F5 / Chronique LP > A drug for all seasons

F5 : a drug for all seasons 12 titres bétonnés, quelque part entre hard-rock, métal et des bredouillements acoustiques, A drug for all seasons propose une alchimie interessante à contraster avec du néo-métal en expansion. F5 place un bon nombre d'interludes acoustiques, voir des parties intégrantes en acoustiques sur cet album, notamment sur "Fall to me" ou "Hold me down", aux côtés de parties métalliques puissantes et bien pesées comme l'insistant "Defacing". Avec quelques similarités avec le son de Sevendust et Disturbed, F5 c'est l'Arizona derrière des guitares électriques accérées.
"Look you in the eyes" surfe sur un vent des sables, étend des lignes mélodiques colorées, fait feu de tout silences, s'illustre sur un refrain aux reflets un peu éblouissants. Dale Steele pose sa voix de façon assuré, un chant clair et puissant, "Dying on the vine" s'envole sous ses paroles, et s'illustre sur "Fall to me" avec une voix très chaleureuse qui pars du bas de son registre pour monter avec efficacité et justesse, la suite de la chanson illustre l'alchimie de F5, cette guitare saturée qui envoie du bois, avec un solo tout en brillance, accompagné par une guitare acoustique qui apporte de la chaleur à l'ensemble, le tout porté par une batterie et une basse travaillant de concert.
L'éponyme A drug for all seasons s'éclipse dans des limbes de saturations, bercé par une basse présente à tout les instants, groovy sur un refrain à grand vitesse, funky sur un couplet plus reposé où elle mène la barque. F5 se fait plaisir sur le très lourd "Bleeding" qui prend des envergures mélodiques qui ferait sourire In Extremo ou Xandria, guitares plombés plus métalliques qu'à l'habitude, une perle d'acier liquide, un chant joliment travaillé qui s'enroule. Sur le final "Forta sonata", c'est au tour de David Ellefson de se faire plaisir avec sa basse 12 cordes, instrument polymorphe et polyphonique, guitare, violon, basse, ou son indéfinnissable...