metal Métal > Eryn Non Dae

Biographie > Not the end, just the beginning

End. se forme en 2001 et pendant ses trois premières années d'existence, façonne puis affine son style musical. Début 2004, suite à de multiples auditions, le groupe intègre enfin son chanteur et tourne avec Gojira, Sybreed, Pelican, Sleeppers, High On Fire etc,.. L'année suivante, End. enregistre ConKrete Studio (Bordeaux) l'EP The Never ending whirl of confusion. L'accueil critique et public est excellent et le groupe commence à faire son trou sur la scène locale.
A l'été 2007, le groupe est à l'affiche du Hellfest sur la Discover Stage avant de s'atteler à l'enregistrement de son premier album. Un an plus tard, les Toulousains signent avec Metal Blade (Behemoth, One-Way Mirror) en vue de la sortie d'Hydra Lernaïa, qui débarque dans les bacs en juin 2009, quelques mois après que le groupe ait changé de nom pour devenir Eryn Non Dae.

Eryn Non Dae / Chronique LP > Meliora

Eryn Non Dae - Meliora 3 ans après l'excellent Hydra lernaia, Eryn Non Dae n'est plus chez le poids lourd Metal Blade mais n'a rien perdu de sa verve hardcore/prog métallique qui avait fait le succès (relatif) de son premier effort. Et Meliora, le deuxième opus long-format des Toulousains démontrent que ceux-ci ont toujours à l'esprit cette volonté de développer une musique organique et labyrinthique au sein de laquelle on retrouve des structures tortueuses et complexes, des ambiances chargées en tension larvée ainsi qu'une noirceur souvent palpable à peine contrastée par une luminosité fugitive.

"Chrysalis" et ses quasiment neuf minutes d'une déferlante émotionnelle inaugurale sont là pour en attester, Eryn Non Dae s'offre une plongée apnéique dans les profondeurs de l'âme humaine, tout en s'épargnant les clichés les plus éculés du genre, véhiculés par nombre de contemporains que l'on ne citera pas ici pour ne pas les humilier un peu plus. Toujours est-il que pour une première descente en rappel dans l'univers du groupe et en filigrane la thématique de la métamorphose, l'auditeur est littéralement happé par la musique de Meliora. Un album qui gagne en consistance par la suite avec notamment la ténébreuse intro qui ouvre "The great downfall", avant de laisser la place à des instrumentations qui s'emparent alors de l'espace qui leur est pour saturer l'atmosphère.

Etouffant mais d'une maîtrise qui fait dire que le groupe méritait certainement un meilleur sort que celui de ne plus être chez Metal Blade. Toujours est-il qu'après douze nouvelles minutes d'une musique ample, dense, prégnante, il a déjà largement marqué son territoire, quelque part entre hardcore/prog décharné ("Ignitus") et postcore abrasif ("Scarlet rising"), pour un résultat rugueux, protéiforme et complexe (mais pas trop non plus histoire de ne pas égarer l'auditeur), qui tend à confirmer ce que l'on pensait avant même d'enfourner Meliora dans le mange-disques, à savoir que sur la scène hexagonale, des Eryn Non Dae, il n'y en a pas des masses ("Muto"). Une quasi exception se sublimant sur "Black obsidian pyre", tout en sauvagerie apocalyptique avant que le morceau final "Hidden face" ne vienne parachever cet album de haute volée.

Que sept titres "seulement", mais quels titres ! De la densité, de la noirceur, de la maîtrise et surtout des qualités de compositions rares. Classe.

Eryn Non Dae / Chronique LP > Hydra lernaia

Eryn Non Dae - Hydra Lernaïa End., ce groupe connu de la ville rose comme étant l'un des groupes phares de la scène metal toulousaine, avec Manimal et Psykup, a pris un tournant décisif en juin 2009. End. est désormais Eryn Non Dae, rebaptisé pour la sortie de Hydra lernaia, premier album du groupe. Rien de moins pour Mathieu, Franck, Yann, Julien et Mika, qu'une sortie en Europe et aux Etats-Unis. Messieurs, après la Discover Stage au Hell Fest en 2007, on peut dire que vous n'avez pas chômé.
Si Rorcal, Lost Sphere Project, Kehlvin, ou encore Hacride sont des noms qui vous sont familiers, alors engagez-vous dans la brèche, Hydra lernaia n'aspire qu'à vous faire découvrir ses atmosphères pullulantes de hurlements ténébreux. En écho à un roman de Victor Hugo, il semblerait que le monstrueux Han d'Islande soit sorti de sa grotte pour donner de la voix par le biais de ce groupe sombre et épileptique. Depuis juin, le groupe a lancé son album en orbite, jeté en pâture à nos commentaires élogieux ou pamphlétaires. Dans quel camp serez-vous ? Omniprésent, le vocabulaire guerrier imprègnera le fond de cette chronique. Il sera aliénant, oppressant, comme une sourde menace au coin d'une ruelle sombre. Les growls ont sorti les armes et fracassent du lourd vers les rangs d'en face. Les rangs d'en face, c'est nous. Pour les connaisseurs, vous savez que le label Metal Blade Records ne fait pas dans la dentelle, mais pour les autres si les profondeurs sonores et brutales vous écœurent, il est temps d'arrêter là votre lecture. Le morceau "Existence asleep" me rappelle particulièrement Rorcal : le cadre est posé. Prends ta claque et souris malgré tout. Avec Eryn Non Dae, le metal alternatif a sorti l'artillerie lourde dès "When time elapses", le premier morceau de l'album.
Dangereuse cette galette... Perturbant à quel point les précipices attirent aussi sûrement qu'un aimant vers un autre. Tandis que la playlist défile, les cris affluent, les instruments déversent avec brio leur chaos. Cavaliers de l'Apocalypse, musiciens spectraux, qui sont les Eryn Non Dae ? Fissurés, brisés, l'album growle leur rage alternativement abyssale et instrumentale ("Pure" et "Lam Tsol-oua" pour quelques douceurs). Impossible de comprendre leurs mots, impossible de sonder le talent de ces créatures d'un autre monde. Amateurs de SF, d'univers atypiques et mystérieux, la BO de vos envolées est toute trouvée. Eryn Non Dae s'inscrit dans le noir, le rugueux et la méchante baffe.
Sombre et bruyant, bienvenue dans le monde épineux des Eryn Non Dae. A l'aide d'un chant apocalyptique, de dissonances et de compositions carnivores, Hydra lernaia vous mettra une féroce giclée de soufre dans les oreilles. Pour vivre l'expérience en live, sachez que le groupe est programmé pour douze dates, alors surveillez leur MySpace.