metal Métal > Erodes

Biographie > Sans le H mais avec du gros son

Formé en septembre 2007 du côté de Turin (Italie), Erodes est la sommes des musiciens évoluant chacun de leur côté au sein de Sky Turned Red et Last Minute to Jaffna. Dès les débuts du groupe, la volonté d'Andrea Mazzocca, Danilo Battochio, Enzo Salerno, Marco Carito et Ruggero Plaza est de mélanger leurs influences et goûts respectifs au sein d'une seule et même entité musicale. Soit le hardcore corrosif de Botch, le rock indé de Minus the Bear, l'approche personnelle d'At the Drive-In, la violence d'un Envy et les structures metal/rock prog similaires à Baroness ou Mastodon, non sans oublier d'assaisonner le tout avec une bonne dose de southern/rock'n roll groovy emprutant autant à Motörhead qu'à Danko Jones. Un mélange détonnant que le groupe et en pratique sur un premier EP éponyme enregistré en 2008.

Erodes / Chronique EP > Erodes

Erodes EP Imaginons un peu que Minus the Bear et Explosions in the Sky se soient enfermés en studio, que Pelican se soit joint au processus d'écriture et que Botch soit venu passer mettre un peu d'acide et de hardcore corrosif sur un contenu un peu trop apaisé pour convenir au groupe. Jusque là, ça va on suit. Admettons maintenant que Fantômas et les Dead Kennedys se soient invités à la petite sauterie avant que Lemmy et ses Motörhead ne viennent donner à cet ensemble un sérieux coup de boost. Là, a priori on se dit que le mélange tantôt post-rock'in hardcore tantôt southern metal déjanté, tantôt rock alternatif punkoïde, doit être quand même bien improbable... Sauf que les Italiens d'Erodes se sont dit que pourquoi pas, ça pourrait être drôle. Quelques mois plus tard, nous voici avec entre les mains un EP promo composé de sept titres rock/metal protéiforme et complètement imprévisible.
Comme l'a si bien souligné Rémii dans sa chronique du maxi promotionnel de Generic, nous avons parfois la chance (et le plaisir coupable...) de recevoir dans notre boîte aux lettres des disques non destinés au commerce mais uniquement à but promotionnel, des opus conçus pour démarcher labels et médias afin de se faire connaître. Souvent, c'est bien là un aveu de faiblesse de la part de groupes qui ne parviennent (parfois injustement) pas à percer et qui tentent un dernier coup de Trafalgar pour se faire remarquer. Et parfois non. D'autres fois, c'est aussi la petite surprise qui vient pimenter le quotidien d'un chroniqueur ravi de crouler sous les piles de disques en attente de dépeçage rédactionnel. Dans la seconde catégorie Erodes EP se pose là. Mais comme en plus, le groupe a finalement décidé de commercialiser ce mini-album pour une toute petit poignée d'euros, on se dit alors qu'il faut se pencher d'urgence sur leur cas.
Entrée en matière ouvertement rockin' hardcore avec "Too much for two arms" : ça braille, ça en met plein la platine CD et ça joue dans l'agression permanente. Au fil du morceau, on découvre un groupe qui ne se limite pas à un seul style de jeu et qui fait intervenir des éléments typiquement indie rock dans ce titre inaugural, afin de contrebalancer la rugosité des déflagrations screamo/HxC. 3'13" plus tard, on se dit qu'Erodes, ça vaut décidément le détour. "The third place out of time" vient confirmer l'impression naissante que ce quintet italien a plus d'un tour dans sa besace. Le groupe y développant un rock schizophrène, noisy et vénéneux qui semble pouvoir nous exploser à la figure à chaque seconde. Métallique dans l'esprit, mais pour autant très rock et dompté par quelques soli biens entis, cet EP n'est jamais avare en surprise. Que ce soit avec la grosse mandale derrière la nuque que l'on prend avec l'abrasif "One invisible day", et les furieux "Six hours later" / "Only five fingers". A l'heure de terminer la démonstration, les cinq gaziers en rajoutent une petite dernière en condensant sur quelques 7 minutes, tout ce que l'on a pu écouter avant et boucle la boucle en nous laissant entrevoir ce que peu donner Erodes en live ("Just another seventh song"), soit un joyex boxon sonore gorgé de décibels et à l'énergie brute congagieuse et électrisante.