metal Métal > Empty Yard Experiment

Biographie > of the tiger

La tour la plus haute du monde (Burj Khalifa), le tournoi de tennis, les îles artificielles, les palaces, la piste de ski... Quand on te dit Dubai, tu peux penser à tout ça mais certainement pas l'associer à un groupe de rock, d'ailleurs, dans les pays pétroliers du Moyen Orient, le paysage rock semble, vu d'ici, assez ...désertique. Formé en 2006, Empty Yard Experiment change la donne, certes trois des cinq membres ne sont pas tout à fait des Emirats Arabes Unis (le combo compte dans ses rangs un serbe, un iranien et un indien), le quintet a d'abord beaucoup bossé dans l'ombre, puis a sorti un EP éponyme en 2011, c'est un sésame pour s'ouvrir d'autres portes, notamment celles du monde mais également recevoir Metallica dans leur capitale Abu Dhabi en 2013. Bojan, Mehdi, Gorgin, Kaveh et Josh font définitivement tomber les barrières en septembre 2014 avec la sortie "mondiale" de leur premier album : Kallisti.

Interview : Empty Yard Experiment, Empty Yard Interview (déc. 2014)

Conférence de Presse : Empty Yard Experiment, MAOTFA 2014

Empty Yard Experiment / Chronique LP > Kallisti

Empty Yard Experiment - Kallisti Kallisti en grec, c'est la plus belle, c'était écrit sur une fameuse pomme d'or source de célèbres discordes (dont la guerre de Troie quand même !), on peut donc s'attendre à du "beau" pour ce premier opus d'Empty Yard Experiment... Et le quintet va au delà de nos espérances car Kallisti est simplement l'un des plus beaux objets sonores que j'ai reçu. Le digipak s'ouvre en cassant le cachet de cire marqué du sceau du groupe et nous laisse découvrir des cartons illustrant superbement les membres du groupe d'un côté, les textes de l'autre, c'est aussi inventif que rare et somptueux, ça met la barre quelques crans plus haut quant à la qualité de la musique dont on attend alors encore plus.

Et là aussi, Empty Yard Experiment nous comble, ce groupe est vraiment une perle. Jouant dans un registre métal appuyé sur la corde sensible, travaillant les émotions et les atmosphères, les Émirati insufflent des mélodies douces et érosives selon leur humeur. On pourra juste leur reprocher d'être parfois trop proche de leurs modèles, quand le son de guitare ou les petits rythmes de batterie sonnent Tool (sur "Greenflash"), quand les passages réservés aux instruments font penser à du Mogwai (sur "The blue eyes of a dog") ou quand se met en place du piano aux sonorités Porcupine Tree (sur "There will never be"), la faute aussi à cette voix limpide qui rappelle Steven Wilson. Il faut dire que rares sont les groupes évoluant dans la sphère métal progressif a montré autant de qualités et qu'on aurait tendance à chercher la petite bête pour ne pas se prosterner tout de suite face à Empty Yard Experiment.

Oeuvre à la fois complexe (dans ses constructions alambiquées et fouillées) et si évidente tant elle coule limpidement du début à la fin, Kallisti apparaît d'une richesse éclatante, mixant allégrement diverses influences (métal, rock progressif, post-rock...), l'album est une superbe synthèse de ce que le groupe aime et ce n'était pas une mince affaire. Avant de rompre le sceau, je ne connaissais pas Empty Yard Experiment, je suis maintenant un fan convaincu et vais prêcher pour leur paroisse, espérant qu'ils viennent jusqu'en Europe délivrer des concerts qui sont inspirés de l'expérience Pink Floyd, rien que ça. De quoi s'extasier encore et encore. Parfait.