metal Métal > Empty Look Masses

Biographie > Cérébral metal

La volonté du groupe n'est pas de partir à la chasse aux sorcières afin de s'enfermer dans une guerre éternelle, mais de prévenir chacun d'entre nous des dangers d'une telle attitude. Voilà ce que l'on peut lire à la fin de la biographie d'Empty Look Masses. Un quartet metal/ rock alternatif aux influences prestigieuses (sont ainsi cités en vrac Tool, Dredg, A Perfect Circle, NIN, Isis, Smashing Pumpkins ou Sleeppers) et aux capacités musicales pour le moins impressionnantes. Avec un tel background, le groupe ne pouvait que se retrouver un jour sur les pages du W-Fenec et avec la sortie de Feel the abstract, un premier EP 7 titres enregistré en 3 jours au mois de janvier 2007, l'occasion était trop belle pour passer à côté d'un groupe qui a énormément de choses à dire et à faire entendre...

Empty Look Masses / Chronique LP > Time of the whisperer

Empty Look Masses - Time of the whisperer Après avoir gracieusement mis leur premier essai discographique en téléchargement libre via la plate-forme Jamendo, les Empty Look Masses font cette fois payer leur nouvel opus : Time of the whisperer. Ont-ils pour autant vendu leur âme au Diable et cédé aux froides logiques du mercantilisme ? Absolument pas et avant-même de poser une oreille sur ledit effort, on reconnaîtra que la démarche de ne faire payer qu'un modique euro et quelques cinquante centimes pour avoir le droit de télécharger légalement cet album, est plus raisonnable. D'autant qu'après avoir appuyé sur "play", on découvre, une fois passé l'introductif, élégant et minimaliste "W.K.N.N.G !", un "Ashes" qui en impose. Depuis Feel the abstract ?, le groupe a sans l'ombre d'un doute, gagné en maîtrise et maturité artistique. Quelques vaguelettes progressives à la Porcupine Tree et c'est une lame de fond rock/metal qui s'abat sur nos écoutilles déjà en alerte. Basse vénéneuse Toolienne, chant sur le fil du rasoir, quelques éclairs de rage qui viennent lézarder le ciel d'Empty Look Masses, le groupe met les guitares en avant et se fend d'un premier titre ambitieux, compact, incisif... Impressionnant.
ELM se lance alors dans l'ascension de son Everest musical, section rythmique vissée à la falaise, guitares accrocheuses taillées dans la roche, la cordée dijonnaise joue les funambules au dessus du vide, mais réussie à se hisser jusqu'au sommet avec brio et trouver son Graal, son Eden rock/metal alternatif... exploré pierre par pierre sur "The empty look masses". Calme en surface, bouillant à l'intérieur, le groupe prend son temps pour faire monter inexorablement la tension nerveuse, avant les explosions métalliques qui se succèdent dans un déluge émotionnel savamment orchestré par des musiciens qui savent parfaitement où ils vont et comment parvenir à leurs fins. Un sample de réveil-matin, on se met dans la peau de Néo, on s'extrait de la Matrice (ou pas), et on se laisse prendre à la gorge par ce cocktail musical qui, le temps d'un morceau-fleuve, nous fait passer par toutes les émotions avant de s'achever dans un final éruptif et écorché-vif. Dernier acte, Empty Look Masses en rajoute une dernière couche au rayon corrosion des sentiments en dévoilant un "Not what you think" déchirant et cathartique. Le groupe met un point d'orgue à Time to the whisperer avec élégance et une froide efficacité, non sans avoir confirmé au passage toutes les promesses suscitées par leur premier effort. Rien à redire. La grande classe...

Empty Look Masses / Chronique EP > Feel the abstract ?

empty_look_masses_feel_the_abstract.jpg Intro typiquement Toolienne, rythmiques millimétrées, maîtrise technique affolante, montée en puissance parfaitement assurée ("Reap"), Empty Look Masses rentre directement dans le vif du sujet. D'une précision chirurgicale, le groupe met en musique un constat parfaitement clair et étonamment lucide sur les réalités de notre société moderne. Car le groupe dont le nom signifie littéralement "peuple au regard vide" fait référence à la recherche desespérée du "paraître" chez l'individu moderne, cette quête insatiable de superficialité qui ne marque en réalité qu'un manque cruel de personnalité. Ces gens qui ne vivent que pour l'apparence en occultant complètement leur environnement extérieur, trop occupés qu'ils sont à s'admirer et à ne vivre que pour les différentes "modes". Un culte de l'individualisme superficiel que cherche à explorer dans le détail Empty Look Masses a l'aune de son premier essai discographique. Plus qu'un concept, comme un besoin irrépressible de revenir à des valeurs plus saines, plus vraies... tout simplement plus humaines. Ce portrait au vitriol que dresse le groupe de notre société actuelle au travers des sept morceaux qui composent ce Feel the abstract ? se traduit par une approche résolument cérébrale d'un mélange subtil de metal technique et de rock abrasif.
Et à ce petit jeu là, bien que devancé par des pointures incontournables (Tool et A Perfect Circle évidemment et tous les groupes dans la même veine comme les français de Nihil), Empty Look Masses, fort d'un vrai talent d'écriture parvient à sortir du lot des innombrables formations que l'on pourra taxer de "suiveuses". Savoir écrire des mélodies, composer des riffs, structurer ses morceaux de manière complexe mais jamais absconse, c'est une chose, parvenir à assurer au niveau instrumental en est une autre. Mais là, encore les dijonnais assurent. Crescendo post-métalliques, reverb savamment distillée, chant clair et posé, le groupe nous envoie dans les conduits auditifs des morceaux puissants et organiques, des mélodies rageuses et torturées (le chant sur "Why not cause my turn"), le mis en boîte avec une efficacité remarquable. Quelques éléments noise à la Sleeppers, une petit touche post-hardcore façon Cult of Luna dans les passages plus violents, Empty Look Masses a certes des influences, mais a également le bon goût de ne pas nous ressortir du réchauffé, mais plutôt des morceaux où le quartet parvient à trouver le point de convergence idéal entre rock labyrinthique cérébral et metal solide et ravageur (l'énorme "You are mine"). (Très) Impressionnant. Plongée en apnée totale, mise en abîme et instrumentations salvatrices, "Don't breath" puis "New lease" cristallise les aspirations de Empty Look Masses sur ce Feel the absract ?, à savoir éviter les voies rapides, revenir, si nécessaires par des chemins de traverses, à des préoccupations un peu honorables et dignes pour l'être humain. En ces heures où l'Homme semble tout droit se diriger vers un individualisme toujours plus exacerbé, voici un groupe qui, de par son propos et ses qualités musicales, n'aurait pu tomber à un meilleur moment. Indispensable... à tous points de vue.

[fr] Download ELM (243 hits)External ]