Devil In Me - The End Zéro info ou si peu, un groupe qui partage sa visibilité entre Facebook (soit) et MySpace (euh... soit aussi), on va se contenter de dire que Devil In Me est sans aucun doute le plus beau fleuron punk hardcore portugais du moment, par conséquent assez logiquement repéré par la "maison" de référence en matière de hardcore européen j'ai nommé GSR Music (Born from Pain, Kickback, Knuckledust, Strength Approach...). Un groupe qui avec The end envoie dans les conduits un cocktail sonore bien senti, calibré dans les règles de l'art du genre, prévisible certes (évidemment même) mais efficace.

La recette est donc punk-hardcore, au carrefour des Comeback Kid, Pennywise et autres Misfits en passant par les légendaires Sick Of It All : en clair ça va vite, ça joue fort et ça pulse dans les éprouvettes. 13 titres expédiés en moins de trente-sept minutes, de l'éponyme "The end" qui déclenche les hostilités après l'intro "Day of reckoning", jusqu'à "Anchor - X-acto", Devil In Me propulse dans les enceintes une musique hargneuse et guerrière ("On my own", "Right my wrongs") entre cavalcades enfiévrées et riffing solidement charpenté, chant éraillé et mélodies abrasives ("The fall", "Doomsday"). Le produit final est très bien ficelé, ravageur, exécuté à la virgule près et donc régulièrement bien efficace, mais n'apporte strictement rien à une scène qui pour le coup tourne méchamment en rond.

Sympathique donc oui, très clairement, mais rien de nouveau sous le soleil.