metal Métal > Dévènn

Biographie > pas de bol ?

Dévènn est un jeune (vu la photo du groupe) quatuor francilien qui semble-t-il est issu du 9.2, le département connu pour ses banlieues où le rap est roi (contrairement au 2.9, Dadanne reprizente). Du côté de Colombe, on ne doit plus trouver beaucoup de colombes (désolé, mais en même temps, ils n'ont pas encore de site et j'ai rien pour la bio alors je brode à mort) mais en cherchant un peu, on trouve des petits gars qui n'en veulent à savoir Stan (chant), Xavier (guitare), Valentin (batterie) et Léo (basse) qui enregistrent avec Guillaume Riff un premier mini-maxi Art de corps et mots avant de faire mieux plus tard...

Dévènn / Chronique EP > Art de corps et mots

devenn : art de corps et mots Honnêtement, cette démo ne devrait pas être chroniquée ici, le côté 'fait à la main' n'est pas le problème, qu'il n'ait qu'à peine 2 véritables titres non plus, pas plus que la photo "on se tape une pause de méchants blasés avec nos mèches de rebelles", c'est juste que la prod est vraiment limite limite et que sur certains passages, on sent que le groupe est très jeune. Alors pourquoi diable faire cette exception ? Pourquoi eux ? (Parce que oui, des démos de ce genre avec un son qui résonne, on en reçoit pas mal). Déjà, c'est les vacances et j'ai un peu de temps, ensuite, il y a ce jeu de mots pour titre de la démo : Art de corps et mots, franchement, il faut oser ! D'autant plus que leur zik n'est pas franchement HardCore et pas clairement Emo, enfin, ils ont de l'humour, d'ailleurs, sans les mèches, la photo pourrait elle aussi être une simple boutade (ou alors, ce sont des perruques ? Auquel cas, prévenez-moi que j'en achète une pour Gui de Champi !!!). Et si tout n'est pas totalement maîtrisé (le chant !), Dévènn semble tout de même très travailleur et pointilleux, si l'intro est banale, celle de "Sam Sarah" est intéressante, les premiers élans du groupe montrent qu'ils sont ambitieux et n'ont pas peur d'affronter leurs faiblesses (le chant trop gueulé ou assez mal tenu quand il se fait plus aigü et mélodique). Les guitares massives, les breaks, les petits sons bien placés (notes de grattes, cymbales), la recherche d'effets contrebalancent cette mauvaise impression. "Rêveur né" fait également dans le classique, construction et riffs ne sont pas forcément nouveaux mais sont bien en place et les breaks comme les relances sont assez bien trouvés. Comme pour "Intro", "Outtro" (pas le procès) fait la part belle aux instruments, plutôt électroniques sur ce coup-là, ce sont des notes d'espoir pour Dévènn qui, en travaillant encore (la prod, le chant) et en allant plus loin dans ses recherches (les sons, les constructions) pourrait bien être une agréable surprise dans les années à venir.