metal Métal > D.Majiria

Biographie > D magie quoi ?

C'est quand le groupe Arkham Meha stoppe ses activités (en 1997) que 3 de ses membres : JM (chant), Philippe (basse) et David forment D.Majiria. David quitte rapidement le nouveau groupe qui se recompose avec Yannick (batterie) et Gaëtan (guitare). Dans un premier temps le groupe travaille ses titres et les joue sur les scènes de la région de Liège (Soundstation, La Zone...). En avril 99, une première démo destinée au démarchage voit le jour. C'est au studio Hautregard que le groupe enregistre son premier maxi Acide.com durant l'été 2000. Il sort en octobre et reçoit un bon accueil, le groupe enchaîne donc les dates à travers la Wallonie avec différents groupes comme Do Or Die, Lenght of Time, Lunatic Age ou Kill To This. Le groupe prépare son album mais Yannick quitte le groupe et en juin 2002 Patrice trouve sa place derrière les futs de D.Majiria qui se remet au travail. Près de 2 ans après sa sortie, Acide.com est toujours la base de ce qu'est le groupe sur scène et ses qualités sonores lui permettent de ne quasiment pas vieillir ! Vivement l'album...

D.Majiria / Chronique LP > On a marché sur la Terre

D.Majiria : On a marché sur la Terre Les amateurs patients de D.Majiria ont enfin entre leurs mains le premier album du combo, et ils ont là un bel objet (qui ne reprend qu'un titre du maxi Hybride; "Faces"). On a marché sur la Terre se présente sous la forme d'un digipack offrant ainsi un livret avec les textes et de belles photos. Le gros son est également de la partie, la galette étant enregistrée par Eric Renwart (guitariste de Jigsaw), lequel s'est fait connaître en produisant notamment Do Or Die ou The Semitones.
L'opus commence avec un sample extrait de la série culte Le prisonnier (il y en a un autre avant la double dernière plage), riffs plombés, break pour laisser la place au chant clair et mélodieux, en quelques secondes D.Majiria place son style, un métal où la délicatesse a son mot à dire. Même durant les titres les plus violents ("Mauvais fils" par exemple), les guitares trouvent le moyen de placer des parties plus réfléchies que bourrines... Outre les quelques samples, assez discrets, On a marché sur la Terre s'adoucit avec du violon ("Les enfants du sang") ou du piano ("On sature", le dernier titre, qui suit directement "La mort au choix"...). D'autres éléments apportent au contraire plus de punch, comme par exemple Laurent Harzé (chanteur de Spleen) qui vient renforcer les textes de "Les enfants du sang", oui D.Majiria ne fait pas soit dans le calme, soit dans le speed, ils mélangent tout, tout le temps. Un autre titre a le droit a quelques remarques, c'est bien sûr la reprise de "La mort au choix" de Berurier Noir, excellent morceau qui a l'honneur de laisser un micro à Jojo Napalm plus habitué à craché le feu chez les Bérus, qu'à déclamer la prose de ses comparses.
Ce premier album marie finalement des ambiances très différentes mais reste homogène grâce à des titres dans l'ensemble très vivants. Seuls quelques-uns sont un peu légers d'après moi, mais ceux-là ("La route du paradis" ou "La corde raide") sont certainement des plus explosifs sur scène...

D.Majiria / Chronique EP > Hybride

d.majiria : hybride 4 ans entre deux maxis, ça peut paraître long mais D.Majiria a connu quelques changements dans l'intervalle, en mars 2002, Yannick a quitté le groupe, il a été remplacé par Patrice, puis en 2003 c'est le bassiste (Philippe) qui s'en va, remplacé par Bruno. La cohésion s'est forgée sur scène (avec Mass Hysteria, ZZ Top, Cowboys and Aliens, Kill To This...) et de nouveaux titres sont enregistrés début 2004. Hybride, ce nouveau maxi a fait son apparition dans les bacs belges en mai, il propose 4 morceaux et présente l'évolution du groupe qui s'est définitivement éloigné de l'ombre de Lofofora. L'identité D.Majiria a survécu aux différents changements avec toujours un chant très clair et assez haut posé sur des riffs et des rythmes métal option néo. Le titre du maxi est aussi celui du premier titre, certainement le meilleur : "Hybride" bénéficie d'un excellent groove, d'un bon break et d'une "mélodie scandée" (c'est possible ça ?) qui donne la pulse ! Les choses s'accélèrent et se vénèrent sur "Le libre arbitre", un morceau bien plus barré (Faith No More et Mike Patton sont encore une fois à citer en référence...), la partie de guitare un peu "orientale" vient sortir l'auditeur de la cadence, bien joué ! Les variations sont encore d'actualité sur "L'absente" et ses méandres métalliques qui précède la piste 4 qui ne sert pas à grand chose. C'est quand même 34 secondes de repos avant "Faces" et ses bons passages à vide et le double chant qui arrive au bon moment, le truc caché n'a pas trop d'intérêt non plus mais peu importe...
En plus de ces quatre bons titres, une fois inséré dans un ordinateur le CD offre une plage multimédia avec 2 vidéos : la version live de "Hybride" et la "bande annonce" de ce maxi, cette deuxième mixe plusieurs images et est assez sympathique même si on a déjà le maxi en question...

D.Majiria / Chronique EP > Acide.com

dmajiria : acide.com La première pensée qu'on a en lançant le Acide.com de D.Majiria est "hey, ça pète come du Lofofora !". C'est bien sûr le chant qui donne cette impression, il est en français, on sent qu'il vient des tripes et au niveau des intonations, il est clair que Reuno ne doit pas laisser indifférent JM. Mais il ne faut pas attendre le deuxième titre pour comprendre que Lofo est une influence parmi d'autres puisque ce "Tahiti Bob" (premier des cinq titres) laisse place à de nombreuses autres attaques au chant, toutes assez différentes et cohérentes. Et côté musique, ça bastonne aussi, il y a des plans un peu partout et c'est assez bien recherché et surtout très bien construit. Si on ajoute à cela la production (impeccable !), et bien D.Majiria réussit le tour de force de convaincre en un seul titre ! Mais ce maxi en comporte cinq et c'est avec plaisir qu'on les écoute tous ! Le titre "Acide.com" est plus léger, le chant moins agressif, les guitares montent dans les aigus, la distorsion est millimétrée et certains passages sont très simples par rapport aux autres titres, ça en fait un morceau assez conventionnel. La basse s'affirme sur "Bombardier" et le chant clair de JM également, on est désormais à des kilomètres de Reuno et Lofo, beaucoup plus proche de la pop que du métal ! Et D.Majiria bombarde ses riffs, le chant monte un peu et porte des textes plus adultes que ce qui se fait en général, plus dans le style de Tawn que d'Enhancer ! D'ailleurs, c'est dans l'ensemble de ce groupe assez atypique qu'est Tawn qu'on peut rapprocher les D.Majiria, ils soignent tout autant chaque instrument, les ambiances, les "messages"... "Psychepultura" laisse partir les percus et la batterie dans un délire que suivent des guitares quasi Tooliennes ! Et c'est sur "Origan" que s'achève ce maxi très prometteur de D.Majiria. Le titre est lui aussi chanté très clairement avec peut-être quelques maladresses dans les changements de ton et dans des descentes de riffs assez "faciles". La Belgique métal fait peu parler d'elle (sortie du HardCore et de The Semitones), les liégeois de D.Majiria pourraient bien faire évoluer la situation rapidement...