metal Métal > Convergence

Biographie > Point de convergence


Convergence est né en Italie dans le courant de l'année 2001. Sous l'impulsion de Giacomo Mambriani (guitare), le projet voit tout d'abord le jour sous la forme d'un duo que celui-ci mène avec Michelangelo Naldini (batterie). Deux ans après les débuts du groupe, le duo devient quartet avec l'incorporation de Massimiliano Andrini (basse) et d'Alessandro Palladini (chant). Convergence commence alors à travailler sérieusement sur son premier enregistrement studio. En résultera quelques 10 titres à ranger entre métal émo, rock tendu et électro-indus, composant un effort baptisé Points of view, qui après deux années d'auto-promotion intensive permet au groupe de signer chez Casket Records/Plastic Head, en vue d'une distribution européenne et internationale. Fin 2007, Convergence retourne en studio pour enregistrer 13 nouvelles compos en vue d'une sortie courant 2008.

Convergence / Chronique LP > Points of view

convergence_point_of_view.jpg 10 titres et pas un de plus, le tout emballé en quelques 33 minutes 40 montre en main. Pas de doute, Convergence, ne perd pas son temps en préliminaires pour directement passer à l'acte. Des morceaux compacts et tendus dont la durée oscille invariablement entre 2'50 et 4', un puissant mix entre 30 Seconds to Mars, NIN, Sevendust et Prodigy, les italiens délivrent une musique nerveuse, rageuse et incisive, à défaut d'être originale. "Bleed", titre purement nu-metal aux tendances industrielles, gorgé de samples fait son petit effet. Riffs néo 90's, mélodies omniprésentes, breaks salvateurs, prod nickel chromée. Tout ça placé dans dans l'incubateur, pour de l'autoprod, c'est quand même plutôt bien troussé et ça se laisse largement écouter... même si c'est un peu de l'archi-revu et entendu. Le constat est relativement similaire sur "Strike the end" et ses fulgurances hardcore pourtant bien senties, Convergence ne renouvellera pas un genre archi-balisé avec ce Points of view, mais les amateurs du genre pourront se dégourdir les tuyaux auditifs avec un album qui n'a pas grand chose à redouter de la comparaison avec les galettes de Disturbed, Pain ou Mudwayne, le groupe ayant surtout contre lui le fait d'être originaire de la péninsule italienne et non pas de la patrie de Bush père et fils. "Listen" débute comme une ballade rock avant d'emprunter des chemins musicaux plus abrasifs sans pour autant sortir des sentiers battus. Le groupe semble un peu tourner en rond ("Six feet under", "Always the same"), usant à loisir des clichés éculés du nu-metal éléctrique, mais finalement très convenu, même si l'énergie déployée par le quartet fait du bien à l'ensemble. Les italiens durcissent alors le ton avec "Breath", ce qui ne leur fait pas forcément du mal et font parler la poudre avec le très puissant, électronique et paradoxal "Silent", qui évoquera plus efficacement Orgy et NIN que Stone Sour auquel "Vanished memories" faisait assez pitoyablement référence. Capable de passer royalement à côté de son sujet ("Nothing else") comme de livrer quelques morceaux bien efficaces (le néo hybride de "Train to leave"), Convergence se trouve avec son Points of view à la croisée des chemins entre metal alternatif électronique efficace et néo de base sommes toutes très convenu. Mais comme les italiens ont eu le bon goût de mettre ce premier essai en téléchargement libre, il ne coûte pas grand chose de poser une oreille dessus.

[it] Download Convergence (97 hits)External ]