Carne - Villa morgue Après un EP intitulé Metropolis paru en 2010 via Atropine Records, le duo lyonnais Carne (avec des membres de feu-Llorah et Cheverny) sort son premier album intitulé Villa morgue via l'omniprésent label frenchy et très indépendant Solar Flare Records (Sofy Major, Pigs, Stuntman, Waterkank...). Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de faire Erasmus, Carne en italien, ça signifie viande et c'est assez révélateur de la tournure que prend l'album dès son véritable premier morceau "We are the romanoes" (oui, clin d'oeil à Botch). Lequel opte pour ce qui existe de plus carnassier dans la popotte hardcore/sludge/noise mid-tempo. En gros, tu prends un peu Breach, du Will Haven et donc évidemment Botch (entre autres...) et tu obtiens un Villa morgue qui a plus d'un atout en boutique. Et la boutique, c'est une boucherie évidemment mais une boucherie qui a du chien. Oui, un chien dans une boucherie, ce n'est pas très approprié. Sauf peut-être dans celles qui ne sont pas bridées par leur culture culinaire.

Toujours est-il qu'après ce premier titre en forme de carte de visite séduisante, la suite est elle aussi de qualité : souvent grasse, quasi-toujours à gorge déployée. Les riffs sont là aussi majoritairement heavy et bien noise-éabonds même si on note de temps en temps quelques éclaircissements pas forcément malvenus. Carne arrive toutefois à varier son propos grâce aux interludes anxiogènes, notamment "Elegy" qui, à mi-chemin entre l'ambiant et le drone offre des respirations bienvenues à un album qui peut sembler assez monomaniaque dans les émotions délivrées, un peu à la manière jusqu'au-boutiste d'un Celeste aux abois. La piste "Slave/her" est là aussi appréciable. Le groupe prenant le temps d'y développer une ambiance et finit par nous bercer dans ses relents marécageux. Villa morgue se conclue sur la piste "Ville morgue" : une longue montée de tension qui joue avec les nerfs de l'auditeur sans forcément le surprendre. Et finalement une piste assez symbolique de cet album : rien de foncièrement original pour les férus du genre mais tout de même une sortie marquante et jouissive à ajouter à l'actif de Solar Flare Records. Du hard de qualité (supérieure) comme dirait l'autre.