Bullshit Inc. : Replikant... Quand on parle de la difficulté qu'ont les jeunes groupes de sortir un album, ce n'est pas une fable... Les labels sérieux et bien installés n'étant pas les plus aventureux, les groupes se tournent souvent vers des petites structures ou alors montent eux-mêmes une asso pour ne pas trop s'endetter personnellement... Emballé par le HardCore assez ouvert de Bullshit inc. qui avait passé le cap, ô combien difficile, du premier album, on attendait de pied ferme Replikant... ... en 2002 ! 4 ans plus tard avec les problèmes que l'on connait et que nous avons suivi en spectateur (cf la bio Bullshit inc.), ledit album fait enfin surface. Avant de parler plus avant de la bête, petit rappel pour ceux qui auraient raté un des romans/films majeurs de science-fiction / d'anticipation du siècle dernier : Blade runner. Le terme réplicant (avec un "k" dans la VO) est donné aux cyborgs qui se sont rebellés et que les blade runners sont chargés de "retirer" de la circulation, reste à savoir qui et où ils sont...
Les changements de line-up et le temps ont fait évoluer Bullshit inc. et le moins que je puisse dire, c'est que je les trouve meilleurs aujourd'hui ! Leur style s'est davantage éloigné du hardcore pour se rapprocher d'une base métal sur laquelle vient se greffer tout un tas d'influences et de styles complètement digérés et assimilés. Les compos ont pu mûrir et être longuement remaniées par Bullshit inc. qui n'a pas hésité à ajouter et ajouter encore des petites choses pour les rendre plus denses et plus efficaces. Toutes les parties instrus sont finement composées et pour avoir une petite idée de ce que peut être le bloc Replikant..., voilà un aperçu de 3 titres. Le premier, "Zoo", est lancé par un mixage de voix samplées où l'on reconnaît aussi bien José Bové que des JT alarmistes, se met alors en branle un métal chargé d'électronique avec chant en français pouvant rappeller Masnada de par le mélange entre verve et passages très mélodiques. On change complètement de genre avec "The whirl", titre fabuleux qui débute par un chant oriental avant que l'ombre des débuts de Nihil viennent planer doucement sur la compo, somptueux. Enfin, "Vie.com" aborde un autre aspect du combo, la référence à citer obligatoirement étant Lofofora que l'on aurait passé au filtre dub ! Et tu trouveras aussi du son massif ultra dynamique en anglais ("The eye"), du chant isolé sur sur un rythme de batterie assez entraînant ("Chrysalide"), des beats electro mettant au repos la rythmique infernale ("Babylon overload").
Replikant... a bien failli ne jamais voir le jour et ça aurait été fort dommage pour le métal français, tant il apporte la preuve que l'on peut mixer tout un tas d'influences en restant soi-même. A tester dans son intégralité !