metal Métal > Blockade

Biographie > Blockade : vie et mort

Octobre 97, il fait plutôt froid alors pour se réchauffer, des jeunes lyonnais forment un groupe power/thrash métal : Blockade. Ca signifie "blocus" et ça sonne bien. Après s'être bien défoulé au travers de compos thrash, le combo s'assagit et tempère ses ardeurs pour un métal plus ouvert, plus mélodique. C'est en avril 99 que le groupe s'enferme dans un studio pour mettre sur bandes leurs premiers émois sonores. La démo s'appelle 22B99 : Stumbling in the fog et comprend 3 titres. Comme bien souvent, une petite démo apporte plus, pour Blockade, ce sont des concerts en compagnie de Kickback, Earthtone9, Crawl(park)... Ces dates permettent au groupe de juger leur popularité grandissante dans la deuxième ville de France. A la fin de l'année, David (sampler) quitte le groupe, il ne sera pas remplacé, les Blockade ne sont donc que 4 quand ils entrent de nouveau au studio Gramophone. Les 3 nouveaux titres présents sur Self Gnawed sont enregistrés en janvier 2000. A la fin du mois suivant Razmig (chant), Avedik (guitare), Yoan (basse) et Florent (batterie) traversent la Manche pour une mini-tournée de 4 jours/4 concerts entre Londres et Nottingham. D'autres concerts s'enchaînent, notamment au Pezner qui devient un peu leur base..., avec Tripod, Unfold, Stereotypical Working Class, Artsonic, Madball... En même temps, ils travaillent déjà sur les plans d'un album, un album qu'ils vont aller enregistrer entre mai et juin 2001 en Suède, chez Dan Bergstrand (Shovel, Meshuggah, Unfold, Seethings...) et qui devrait les amener au premier plan national.
En 2002, le groupe tente le tout pour le tour, il part 3 mois en Californie avec l'album sous le bras pour essayer de le vendre, l'aventure humaine est belle mais ne porte pas ses fruits malgré quelques concerts et de nombreux contacts. A son retour en France, le groupe splitte…

Blockade / Chronique EP > Self-gnawed

blockade C'est donc leur deuxième démo qui nous saliver et rend très longue l'attente de cet album...
"A song about life" commence par un long riff gratouillé et grincant, la lourde ryhtmique se surimpose, reprend son souffle, se repose, se pose à nouveau et reprend enfin son travail de sappe pour amener en douceur la voix de Raz. Une voix venue de derrière, de plus loin, se confond avec celle qui se met au premier plan, plus rageuse, moins claire. La batterie semble un peu étouffée (la caisse claire surtout) mais la production de l'ensemble est d'un très bon niveau. Si le premier titre n'est pas transcendant, le deuxième démontre tout le potentiel du groupe, qui étire les comparaisons entre Unfold pour les parties sombres qui pleuvent et Nihil pour les passages évidés de toute violence où Blockade se fait plus doux, pour mieux nous emmener dans son antre. La rencontre entre ces deux atmosphères est très bien menée, "Dry" est donc un titre à connaître ! "24/04", le troisième et donc dernier titre, commence de manière plus banale, les ambiances et les ponts sont un peu moins travaillées ... mais la rythmique s'emballe et s'en donne à coeur joie pour nous faire vaciller. Puis à la fin du morceau, après que toute la lourdeur et le côté sombre du combo se soient dévoilées, se dessine une plage angoissante et interminable qui finit quand même par se laisser mourir.