metal Métal > Blindside

Biographie > So blind

C'est sous le nom d'Underfree que commence la vie de Blindside, nous sommes à l'automne 1994 du côté de Stockholm... Magnus Eriksson (guitariste, il ne fait plus partie du groupe) s'entoure de Marcus Dahlström (batterie), Simon Grenehed (guitare, chant) et de Christian Lindskog (chant), ce n'est que deux semaines plus tard qu'ils intègrent Tomas Näslund (basse), au printemps 95, ils sortent une première démo.
En 1996, ils changent de nom pour Blindside et à l'automne sortent une nouvelle démo 4 titres puis un EP Empty box. Ils signent chez Solid State Recordings et sortent deux albums, le premier en 1997 est éponyme, le deuxième en 2000 s'appelle A thought crushed my mind. Leur renommée va croissante en Suède et en Europe, les américains les remarque et ce nouvel album, signé chez Elektra, les fait traversé l'Atlantique pour enregistrer en Californie avec Howard Benson (POD).
Silence sort mondialement à l'automne 2002 et va briser les derniers silences qui entouraient le groupe, lui promettant un bel avenir planétaire.

Blindside / Chronique LP > Silence

blindside : silence Les Suédois apportent de la fraîcheur à la "nouvelle scène métal" et surfe à la fois sur la vague émo et la vague néo. Un son assez lisse, qui glisse, une voix douce qui sait accrocher les oreilles, des refrains qui semblent faciles, des mélodies naturelles, quelques riffs bien envoyés, des petits breaks pas trop voyants, un vrai travail sur les sonorités, Blindside sort tout cela de son Silence. Les Deftones sont certainement un de leurs groupes fétiches, eux qui savent si bien jouer avec le côté rapeux comme avec le côté lisse, cependant, ici la production d'Howard Benson les fait sonner davantage "grand public", leur fait perdre de leur tranchant et aseptise un peu le chant, le rendant parfois proche des groupes "nu-cold" (à savoir Orgy, Adema, 30 Seconds To Mars...). Ils ont également une facette romantique, de par leurs paroles, mais aussi par leur ton ("Cute boring love", "Midnight"), on sent qu'ils veulent séduire... et ils y arrivent plutôt bien ! Car cette galette est charmante, certes, ça ne révolutionne pas le genre et ça s'écoute sans trop de peine mais le timbre très clair et les terribles attaques des différents instruments ("Time will change your heart") font qu'on s'attache rapidement à ce Silence. L'album comporte 13 titres et aucun ne sort franchement du lot, tous fonctionnement à peu prés de la même façon et si "Thought like flames" s'aventure un peu plus loin dans le jeu des guitares, seuul le dernier titre "Silence" est à part, seul morceau à dépasser les 4'15'', c'est une balade sur sons étouffés qui met surtout en valeur la voix de Christian Lindskog et la guitare (acoustique) de Simon Grenehed. Bref, si tu apprécies un titre de cet album, tu es presque sur de les apprécier tous.