metal Métal > Beyon-d-Lusion

Biographie > Beyon-d-Lusion

Issu d'une rencontre entre Medhi, clavier du groupe Furia, et d'Alexandra au cours de l'enregistrement d'une pré-production de Furia, Beyon-d-Lusion voit le jour en mai 2003. Avant tout duo, le groupe compose ses 5 premiers titres courant 2003, Medhi pour la musique, Alexandra pour le chant. Tout s'enchaîne assezrapidement, avec une pré-production en avril 2004, un tour en studio en juin, pour mettre au monde leur premier maxi First step to the source fin juin avec la participation de Adipocere pour la promotion et la distribution.
Beyon-d-Lusion sublime dans le métal aérien, autrement nommé atmosphérique, un soupçon de The Gathering, une rythmique solide et un chant au spectre large, un projet à surveiller.

Beyon-d-Lusion / Chronique LP > Intuispection

Beyon-d-lusion : Intuispection Après un acceuil positif de la démo First step to the source, Beyon-d-Lusion revient avec un véritable album Intuispection. Autour d'Alexandra et Medhi, s'articulent maintenant Sammy Khadouj à la basse et Julien Nicolas à la batterie. L'album a été enregistré par Michael Vallesi (Furia, Aki Rise) et comporte 12 titres furieux, à la fois magique et cosmique. Le rapprochement avec The Gathering, n'aura jamais été aussi valable que sur l'aérien "Binary me", avec son chant sublime, ses guitares vindicatives et son piano tantôt trublion, tantôt boite à musique. Avec ses ajouts de claviers et de samples, Beyon-d-Lusion prend par moment des direction électro et s'éloigne de formations purement métallique comme les impressionnants Kells. Guitares acoustiques, percussions et atmosphères étranges, Beyon-d-Lusion travaille ses titres avec délicatesse et implication, comme le surréaliste "Lumina" et son ambiance de sérail, prenant des allures inquiétantes, ou le très médiéval "Into the maze" avec ses choeurs et son intro. Guitares saturés, power-chord massifs et une atmosphère inquiétante avec des claviers synthétisant les choeurs et quelques choches, "A-mazing grace (part 2)" trouve un nouveau souffle avec Ben de Sybreed au deuxième chant, apportant un contrepoint interessant au chant d'Alexandra plus efficace que jamais.
Une guitare intuitive qui sait s'effacer derrière le chant d'Alexandra, ou une guitare martiale comme sur "Sweet surender" ou "Them changes", Beyon-d-Lusion allie un chant magnifique avec des ambiances ciselés par une guitare fluide, un bloc basse-batterie solidaire, le tout surmonté par des claviers augmentant la pression et figeant l'atmosphère sur des dimensions sonores subtiles et authentiques.

Beyon-d-Lusion / Chronique EP > First step to the source

Beyon D Lusion : the first step to the source First step to the source est le premier maxi pour le groupe, mais déjà une solide assise musicale, Medhi, auteur de la musique, est en effet également clavier du groupe Furia. "Destitution" commence lentement et gravement, propulsé par le chant particulièrement aérien d'Alexandra, mon inculture citera les lointains The Gathering, un piano langoureux, une guitare hachées qui marque les temps sans répit, avec violence et obstination, la voix s'enroule autour de l'atmosphère particulièrement travaillée, guitare acoustique, coups de semonces électriques, choeurs discrets, un groove subtil se détache de l'ensemble.
Dominé par le piano, "Out of my grasp" est une plume venant à bout d'une enclume, un arpège, un coup d'éclat, et c'est toute la structure qui vacille lentement. "Into the maze" délivre également cette intensité métallique, mélange électrique, avec une voix suave qui couronne l'ensemble, l'apport du violon est loin d'être négligeable et donne à la mélopée une tournure sybilline.
Grosses guitares, chants aériens, l'équilibre de Beyon-d-Lusion vibre doucement, comme la flamme d'une bougie, à l'instar du titre "Oriens (ruins and rise)" qui déverse son groove lent et hypnotique, ses accords de violons envoutant, aggrémenté une voix qui s'insinue loin dans l'inconscient.