metal Métal > Bawdy Festival

Biographie > Tu ne connais pas le festival de Bawdy ?

Quels étranges noms de scène ont-ils ! En effet, c'est bien sous les pseudos de Teddy.DKC, Le Nub', N.DMC, Stupid et Combo que les membres de Bawdy Festival, respectivement chanteur, guitariste, claviériste, bassiste et batteur, font régner la terreur depuis 2003 dans le grand cirque de la scène métal francilienne. Revendiquant tout aussi bien Sepultura que Cypress Hill parmi leurs influences, le quintet élabore ce qu'il appelle du "Clown-core". Oui vous avez bien lu ! Maquillages et accoutrements clownesques sont de mise lors de leurs shows qui semblent être un savant mélange de ceux de Punish Yourself et des Bérus. A l'occasion de ces concerts, le groupe a pu partager la scène avec Eths, The Arrs, Gameness ou Es La Guerilla. Fin septembre 2005, Bawdy Festival sort son maxi Back in da wood, qui sera remarqué par la presse (web) spécialisée durant les mois suivants mais vient de débarquer chez votre W-Fenec préféré, qui ne manquera pas de vous le présenter. Parallèlement à la mise en avant de son maxi, Bawdy Festival a intégré la structure de management A.D.Kprod aux cotés de groupes comme Sheeduz ou Body Fluids.

Bawdy Festival / Chronique EP > Back in da wood

Bawdy Festival : Back in da wood Après consultation de la plaquette promo, on insère la galette (au visuel assez réussi, tout comme leur website je trouve) dans le lecteur (du PC) et on tremble d'impatience en se demandant ce qui va gicler des haut-parleurs. Et première chose, on saute sur le mulot (plus communément dénommé "souris") pour clore la fenêtre de diffusion du clip qui s'ouvre automatiquement : ça on verra plus tard !
C'est alors qu'une intro inquiétante, superposition de boîte à musique pour enfant avec des bruits d'enfants effrayé puis des séquences terrifiantes, fait son apparition. Les premiers frissons approchent. Deuxième piste et on se dit "voilà le premier "vrai" titre" ! Eh bien non ! Les Bawdy Festival ont plus d'une farce dans leur sac et déploient une seconde intro, beaucoup moins acoustique que la précédente et plus proche d'un tour de chauffe... et les frissons sont là !
A peine remis de cette première approche et nous voilà embarqué pour les 3 titres ("D.O.A.K.", "HxClown" et "Back in da wood") qui permettent de prendre une meilleure mesure de ce dont est capable Bawdy Festival. Et là, d'un point de vue technique, c'est quasi-irréprochable, c'est carré, ça tourne bien, on se précipite dans l'arène que le groupe a aménagé en un rien de temps pour se faire dévorer par le chant très incisif de Teddy.DKC. De plus, la très bonne production ne gâche pas le plaisir d'écouter ce "clown-core", mélange de métal, de hardcore et autres ajouts de musiques de cirques, ambiances de parc d'attraction et collages à l'effet cinématographique.
Après ce petit quart d'heure musical, un clip nous permet de réécouter et donc de voir par la même occasion "Back in da wood". Images de concerts où l'on aperçoit la folie du groupe alternent avec celles des 5 membres du groupe en forêt à l'affût d'une jolie chaperon rouge (dont je tairai le sort), constituent le scénario choisi pour se mettre en scène.
Sans aucun doute, l'aspect visuel et le concept général sont au point et on sent une réelle volonté de créer une entité foutraque et dérangée par Bawdy Festival. De même, on perçoit que le groupe peut passer aisément d'un format à l'autre : de "HxClown" d'à peine plus de deux minutes à "D.O.A.K." de près de cinq. Peut-être en attends-je trop, mais un brin de folie supplémentaire, musicalement parlant, couplé à une plus longue durée d'expression permettraient de se faire une plus sérieuse idée de Bawdy Festival. Laissons leur juste le temps de pouvoir le faire, mais tant que ce sera aussi bien servi sur disque et aussi chaleureusement libéré sur scène, ce sera du bien bon ce "clown-core" !