At the Drive-In - In/Casino/Out Parler d'At the Drive-In est un sujet fort intéressant. A la question de savoir quels sont les influences des texans, ils en ressort autant de réponses que de personnes interrogées. Certains parlent des punk rockeux de Jawbreaker ou des britanniques de The Fall, d'autres des Stooges, des groupes du très respecté Ian McKaye (Minor Threat, Fugazi) voire des énervés de Black Flag. Encore faut-il savoir de quelle époque discographique du groupe parle t-on. Le sujet ici est In/Casino/Out. A voir les groupes précités, le dénominateur commun est véritablement le punk. Indéniablement, c'est la colonne vertébrale de ce deuxième album d'ATDI (sans compter les maxis). Pour capturer à 100% l'énergie de ce punk, Alex Newport (producteur et membre entres autres de Fudge Tunnel et de Nailbomb) a eu une ingénieuse idée : comme Bob Marley dans un autre style, chaque morceau d'In/Casino/Out a été enregistré en condition live en une prise (je vous laisse imaginer les vrais lives !). Mais At the Drive-In n'a, heureusement, pas qu'une seule corde à son arc. Là où cela devient intéressant c'est qu'ils viennent croiser leur punk avec la puissance mélodique du post-hardcore. Tout ca, grâce notamment à Omar Rodriguez-Lopez, guitariste de talent complètement inspiré qui sait faire dégager de l'émotion à travers ses arpèges, ses phrasés et ses gimmicks dans des compositions tels que "Napoleon Solo" et "Lopsided". Ce cocktail explosif ne serait rien sans l'organe de Cedric Bixler. Cet acrobate à pantalon moulant est le mélange parfait entre Ian McKaye et Zach de la Rocha (RATM). Il alterne habilement des cris, un parlé rapide, des envolées aigues et un chant...normal (jugez plutôt avec la jolie "Hourglass"). Il est épaulé par les chœurs du guitariste Jim Ward revenu après une prompte absence sur l'EP El Gran Orgo. Le couac reste toutefois au niveau des paroles assez incompréhensibles par moments à l'instar d'un - "Tour de force ! Tour de force ! De facto ! Ayachuco ! Ayachuco ! Ayachuco !" -. On a les références qu'on a.
En résumé, In/Casino/Out représente l'équilibre parfait entre l'énergie crue du punk, les mélodies émotionnelles du post-hardcore, la hargne vocale du hardcore des années 80 et les gimmicks instrumentaux. Cette galette regroupe non seulement le line-up qui fera le succès du combo d'El Paso mais elle instaurera à jamais un style reconnaissable à la première seconde qui en inspirera plus d'un.