Aqme Aqme Revenons sur le passage de témoins entre Thomas et Vincent, vous saviez au moment de l'enregistrement d'Epithète, dominion, épitaphe qu'il partirait ensuite ?
Etienne : Non, nous ne le savions pas. Quand il nous l'a annoncé, ça a été une vraie surprise, un choc, on s'y attendait pas du tout. Ca a été une période très compliquée, notamment moralement. Mais ça me paraît bien loin tout ça maintenant !

Le choix d'embarquer Vincent a été simple ?
Etienne : En quelque sorte oui. Car nous avons eu une réaction d'orgueil, à chaud nous nous sommes dit qu'on allait pas se laisser tirer vers le bas par le départ de Thomas. C'était tout simplement une réaction de survie ! Charlotte et Julien on pensé immédiatement à Vincent car ils le connaissaient bien et se disaient qu'il avait le niveau pour assurer. Ils ne se sont pas trompés ! De mon côté j'ai commencé à regarder des vidéos de Butcher's Rodeo et Noswad et je me suis dit que Vincent était sans aucun doute quelqu'un de très doué, capable de nous sauver pour la tournée qui venait. De toute manière c'était lui ou rien, nous n'avions pas de plan B ! C'est parfois face à la difficulté qu'on prend certaines de nos meilleures décisions...

Vincent, comment s'est faite ton arrivée chez AqME ? C'est un groupe que tu suivais particulièrement ?
Vincent : J'ai débarqué en janvier 2012 après quelques textos échangés avec Charlotte et une bonne répète ; c'est un groupe que je ne suivais plus trop alors qu'à leurs débuts j'étais à fond, nous avons eu l'occasion, avec mon premier groupe (Noswad), d'ouvrir pour eux...

Y-a-t-il une hiérarchie dans tes projets ? AqME passe forcément avant les autres ?
Vincent : Pas de hiérarchie, juste de la priorisation par charge de travail, on va dire comme ça ! Et en règle général j'essaye de faire au mieux parfois c'est pas simple du tout.

J'ai parfois l'impression que tu cherches à imiter Thomas alors que tu sais faire bien d'autres choses, c'est pour assurer une transition en douceur ?
Vincent : Consciemment, pas du tout, par le passé, on a souvent comparé ma voix à celle de Thomas de par mes influences diverses proches des siennes, inconsciemment peut-être, AqME est AqME, la voix suit la musique, on ne maîtrise pas tout...
Etienne : Personnellement je n'ai d'ailleurs pas du tout le sentiment d'entendre Thomas quand Vincent chante. En revanche la voix de Vincent me paraît totalement naturelle dans le cadre d'AqME, au même titre que celle de Thomas en son temps. Je suppose que si tu as ce sentiment c'est probablement parce que la musique d'AqME, l'état d'esprit et la personnalité du groupe reste toujours très forte et reconnaissable, quel que soit le chanteur.

A part toi Etienne, il ne reste rien d'AqME, est-ce que la marque AqME est plus forte que ceux qui jouent la musique ?
Etienne : Il ne reste rien d'AqME à part moi ? C'est un peu fort comme phrase et je ne suis pas du tout d'accord ! Charlotte est pour moi également à l'origine du groupe et Julien est déjà dans le groupe depuis 7 ans soit 3 albums et 1 EP, ce qui est presque autant que notre ancien guitariste. Il me semble au contraire qu'il reste l'essentiel : notre musique, preuve en est avec Dévisager Dieu. Je crois donc en effet que la patte AqME est plus forte que tout.

L'album est assez puissant, ultra efficace, vous vous êtes dit, il faut que ce soit encore plus béton car on va nous tomber dessus ?
Vincent : On s'est juste dit qu'il fallait faire ce qu'on kiffait. Voilà, c'est tout.

AqME_Dévisager-Dieu Cet artwork est un choix aux multiples interprétations, quelle était votre demande, quelle est le message que vous vouliez passer ?
Vincent : Clairement nous avons laissé carte blanche à Stéphane de Yeeeah Studio, en lui disant juste, on veut le logo original du groupe, dualité, fraternité et religion.

Les couleurs et l'ambiance sont plus claires et chaleureuses que pour les autres artworks, AqME est devenu moins glauque ou morose ?
Vincent : Ce n'est clairement pas entendu ou suggérer, comme dis précédemment, nous avons laissé carte blanche pour le graphisme, est-ce que le renouveau d'AqME lui a inspiré les couleurs d'une renaissance ?

On sait que Thomas est très impliqué dans le graphisme, sa voix portait plus quand il était là quand il fallait choisir un artwork ?
Etienne : C'est sûr que Thomas était très actif concernant l'aspect visuel du groupe, aussi bien sur le net que dans les créas d'album etc. C'est forcément plus compliqué mais on a la chance d'être très bien entourés et on a aussi commencé à se répartir différentes tâches ce qui nous permet de communiquer pleinement entre nous et d'être encore plus efficaces, au passage merci à Max. Concernant le visuel de l'album, et il en va de même pour notre nouveau disque dans son ensemble, on en est tellement contents que le temps des regrets, doutes ou interrogations est bien derrière nous !

En parlant de doutes, changer le nom du groupe a-t-il été envisagé ?
Etienne : Je n'en suis pas sûr mais il me semble qu'on a dû en parler autour du départ de Thomas. Mais très vite, on a su que AqME était bel et bien vivant avec Vincent... Et très vigoureux même ! Les concerts nous ont au fur et à mesure confortés dans cette idée. Nous en sommes clairement sortis encore plus soudés et forts, avec la certitude partagée par nos fans que nous étions toujours AqME.

Dévisager Dieu c'est penser qu'il existe... Non ?
Vincent : Je pense qu'avant tout il est important de croire en quelque chose, que ce soit en Dieu, en toi, chacun sa manière d'avancer...

Pourquoi ce titre ? C'est le genre de titre qui ne plaît pas forcément aux fondamentalistes musulmans...
Vincent : A aucun moment il n'y a de débats religieux , même pas une position prise, pour le titre on avait envie d'exprimer notre détermination à travers des mots, une image forte, pour nous c'est Dévisager Dieu.

Etienne qui enregistre, avantages et inconvénients ?
Vincent : L'avantage c'est que c'est Etienne ... l'inconvénient c'est que c'est Etienne ... (rires)