metal Métal > Anthrax

Biographie > Bacillus anthracis

Avec Slayer, Testament, Metallica et Megadeth, Anthrax a été un des pionniers du thrash metal. Contrairement à tous ces groupes, Anthrax n'est pas originaire de Californie mais bel et bien de New York oè le groupe s'est monté dans les années 80 sous l'impulsion de Scott Ian (guitare), Dan Lilker (basse) et John Connely au chant. Scott Ian choisit le nom d'Anthrax car il avait appris le mot à l'école et souhaiter l'utiliser tôt ou tard dans un de ses projets artistiques. L'histoire du groupe est faite de beaucoup d'albums (studios et lives détaillés dans la discographie ci-dessous), de coups de génie (cf : le duo novateur avec Public Enemy) mais aussi de beaucoup de changements de line-up, notamment au chant. On distingue ainsi la période Neil Turbin (de 1982 à 1984), celle de Joey Belladonna (de 1995 à 1992), l'ère plus marquante de John Bush (de 1992 à 2004), celle de la reformation avec Belladonna (2004 à 2007) et enfin l'arrivée de Dan Nelson avec qui ils sont actuellement sur le point de sortir un nouvel album. Ces changements sont révélateurs de la personnalité de Scott Ian qui considère Anthrax comme son groupe. Ses choix sont souvent effectués au grand détriment des fans qui le considèrent aujourd'hui comme un personnage plus concerné par ses intérêts financiers que par les intérêts d'Anthrax. (cf : l'épisode de la reformation avec Joey Belladonna, la mise à l'écart du pourtant très apprécié John Bush). Anthrax est aujourd'hui constitué de l'indéboulonnable Scott Ian et de Rob Caggiano à la guitare, Frank Bello à la basse, Charlie Benante à la batterie et enfin du dernier arrivé : Dan Nelson au chant.

Discographie
Fistful of metal (1984)
Spreading the disease (1985)
Among the living (1987)
State of euphoria (1988)
Persistance of time (1990)
Sound of white noise (1993)
Live the Island years, live (1994)
Stomp 442 (1995)
Volume 8 - The threat is real (1998)
We've come for you all (2003)
Music of mass destruction, live (2004)
Alive 2 (2005)
Caught in a mosh BBC live in concert, live (2007)

Anthrax / Chronique DVD > The Big 4 : Life from Sofia, Bulgaria

The Big 4 Sofia, Bulgarie, 22 juin 2010 @ Sonisphere : une date pas comme les autres, pendant laquelle la planète metal eut les yeux tournés vers les Balkans pour voir le prestigieux Big 4 mettre le vieux continent à feu et à sang. Un carré magique réunissant Metallica, Slayer, Anthrax et Megadeth soit près de trois décennies ans de heavy metal alignées sur une seule scène et des coulisses qui ont dû ressembler au Hall of Fame du gros son. Il fallait oser et arriver à tous les réunir, Sonisphere l'a fait. Bref du lourd, du très lourd même.
Du old-school oui aussi, limite has been (Megadeth, Anthrax quand même ça commence à peser...) mais aussi de la très grosse artillerie live (Metallica, Slayer) et une tripotée de mastodontes du metal à jeter en pâture à un public qui s'étend à perte de vue... Oui, parce que ce show Bigger than life ne ressemblait à aucun autre et parce que Sofia, c'est pas forcément la porte à côté, devait fatalement être capté sur DVD, ne serait-ce que par le caractère exceptionnel de l'évènement (mais aussi pour tes considérations bassement mercantiles de la chose > mission accomplie, l'objet se vend par palettes entières aux USA). Cela dit, lorsque l'on dépose la bestiole dans le lecteur, même sans un die-hard fan absolu de ces groupes et quoi que l'on puisse penser de cette "réunion", le résultat pique aux yeux. Et pas qu'un peu.
Back to the 90's donc... Anthrax va se révéler un peu mou du genou, Megadeth fidèle à lui-même donc clairement vieillissant (ça fait dix ans que c'est comme ça, pas de raison que ça change), par contre, les deux derniers envoient la purée comme personne. Metallica fidèle à sa légende et Slayer en mode rouleau-compresseur, classique, mais toujours d'une effrayante efficacité, assurent à eux seuls le show. A l'américaine le truc hein, avec des moyens à la hauteur de l'évènement, donc considérables, pyrotechnie à l'appui notamment pour les four hoursemen qui sont objectivement LA tête d'affiche du show... pour un rendu visuel ahurissant. On adore, on déteste, peu importe, The Big 4 Live est absolument hors-norme. Que cela soit dit.

[ [us] The Big 4 (41 hits)External / [us] Trailer: YouTube (52 hits)External ]

Anthrax / Chronique LP > We've come for you all

Anthrax - We've come for you all Deux raisons de chroniquer Anthrax sur le W-Fenec : primo, parce que le groupe a su évoluer avec son temps pour s'écarter progressivement de cette image et cette musique très ancrés dans les années 90. Secondo : parce que la période John Bush a offert quelques albums excellents à leur longue discographie et qu'il est plus que temps d'en parler à l'heure ou celui-ci a choisi de ne pas ré-intégrer le groupe suite au feuilleton de la réunion avec le plutôt crispant Joey Belladonna. Après un Volume 8 - The threat is real qui contenait quelques perles métalliques mais souffrait également d'inégalité sur la longueur, les Anthrax reviennent plus en forme que jamais avec We've come for you all. Les américains s'épanouissent désormais dans un métal avec quelques rares et jouissives fulgurances thrash qui vous donneront forcément envie de secouer la tête frénétiquement tant la bande à Scott Ian maîtrise son art quand il s'agit de composer des titres percutants qui allient agressivité et un net penchant mélodique.
"What doesn't die" contient ce qui fait un excellent morceau d'Anthrax : un départ en trombe après une entame survitaminée et une introduction qui chope l'attention de l'auditeur, un riff très mélodique gonflé par quelques heures de musculations, un refrain imparable et irrésistiblement catchy ("Because you cannot kill what doesn't die") et surtout un chanteur excellent (le valeureux John Bush) qui s'époumone comme un damné pour transcender la composition. Des titres de très gros calibres, il est très facile d'en trouver sur ce We've come for you all : il est même inutile de chercher car cet album ne contient que ça. Que ce soit avec "Refuse to be denied", "Black dahlia murder" ou "Strap it on" (avec monsieur Dimebag "Pantera" Darrell en guest), l'album respire la volonté du groupe de livrer un disque impeccable de A à Z. Cette impression que l'on a affaire à un groupe appliqué se ressent également dans le très ingénieux packaging qui est un excellent teaser à la musique du groupe. We've come for you all est un album très attractif qui ne demande qu'a être parcouru : contracter l'Anthrax, ça ne provoque pas de douleurs ni de maux de têtes, ça donne juste une gnack contagieuse et l'envie de renouer au plus vite avec le groupe en appuyant sur le bouton lecture du lecteur CD.
Lecteurs du W-Fenec, rangez vos préjugés sur Anthrax dans les oubliettes de Kaamelott et procurez-vous cet album : vous-nous en direz des nouvelles.