metal Métal > Another Messiah

Biographie > Un autre messie

La particularité d'Another Messiah tient en grande partie à l'utilisation d'un hautbois en tant qu'instrument à part entière au sein du quartet. En effet Robbie de Klerk, chanteur de son état, manie également le hautbois, et plutôt avec efficacité. En 2003, Another Messiah sort un EP intitulé Another renaissance, sortie suivie d'une tournée en Hollande et en Europe centrale. En 2004, le groupe se concentre pour écrire des titres pour leur album. Enregistré fin 2005 aux Excess Studios et produit par Joost van de Broek (After Forever, Ayreon), Dark dreams, my child le nouvel opus d'Another Messiah fera l'objet d'une nouvelle tournée aux Pays-Bas et en Europe. Début 2007, le groupe signe un deal avec Restrain Records et sort Dark dreams, my child sur ce label.

Another Messiah / Chronique LP > Dark dreams, my child

Another Messiah : Dark dreams, my child Entre post-hardcore et post-doom, Another Messiah s'illustre par ses atmosphères extensives, ses breaks dynamiques, sa capacité à mélanger plusieurs styles, tout en gardant une ligne mélodique notamment accentuée par l'utilisation d'un hautbois. Une atmosphère sombre est délivrée par le groupe, qui revendique des influences comme Opeth, Tiamat, Amorphis ou Orphanage, le tout allégé par un instrument classique. La recette d'Another Messiah marche à merveille, comme en témoigne des titres comme "She softly starts to cry" ou "And now I will...".
Le son d'Another Messiah est assez particulier, le titre introducteur "These lonely eyes" est une lame à double tranchant, ça passe ou ça casse. Chant assez grave, guttural par moment, basse au son sec, un hautbois que l'on distingue légèrement, l'atmosphère est lourde et collante, Another Messiah remplie les tympans de goudron, avant de les récurer à coups de saturation ou de lignes de hautbois mélodiques, le hautbois assure la transition sur le passage calme, sa douceur et sa hauteur en parfait contraste avec le reste du titre, le tout ressemble à un mix de doom, d'Opeth et de hautbois... Les titres s'enflamment comme du petit bois sec, "And now I will..." joue entre hautbois au son doux, perçant et une basse au son décharné, un tempo qui s'accélère, le flow s'accélère mais pas la hauteur du chant ce qui donne un effet assez intéressant, du doom-hip-hop...
L'alchimie des guitares saturées édulcorées par un hautbois pourrait tourner court, fort heuresement Another Messiah a plus d'une bille dans son sac et sait varier mélodies, atmosphères et idées. Le surprenant "I never noticed" commence par exemple sur une guitare acoustique avec une batterie très simple, un chant qui va inhabituellement chercher dans les mediums, un ton mielleux, le lent crescendo aboutit alors à un refrain très rock, très aérien, soutenue par une basse grondante. Après un lent et acoustique "Sweet dreams", Another Messiah reprend la hache de guerre et envoie une basse en éclaireur, la cavalerie débarque avec force sur "She softly stars to cry", un couplet aux harmonies dégoulinantes, des effets dissonants maîtrisés avec subtilité, on se rapproche ici des français d'Aabsinthe, tout en gardant les spécificitées du groupe, le chant descend très bas, les guitares se sont intermittentes et le hautbois débarque juste à temps pour agrémenter le passage calme du mélodie douce et liquoreuse. Another Messiah signe avec Dark dreams, my child une très bonne page de musique qu'il serait dommage d'ignorer.