Akroma - Apocalypse Après avoir exploré l'univers des sept péchés capitaux dans leur premier album (Sept - 2003), puis les dix plaies d'Egypte (Seth - 2009) ou encore la vie des douze apôtres (La Cène - 2014), Akroma a décidé de nous plonger cette fois-ci dans les côtés les plus sombres de l'humanité, au fin fond de notre monde moderne, violent et écrasant. Quoi de plus naturel pour le croque-mort que je suis de se pencher sur ce Requiem, inspiré par l'apocalypse selon Saint-Jean, orchestré par les black-metalleux nancéens qui ont toujours œuvré entre missel et pentagramme.

Comme souvent, il m'a fallu plusieurs écoutes pour pouvoir commencer à j(a)uger le contenu de cet album, mais pourtant, dès la première, je savais que ce serait intense. L'ensemble de l'album, de la première à la dernière mesure, est une pléthore d'enchaînements musicaux subtils. Loin des standards du black metal où le pilonnage extrême est de mise, Akroma nous offre une multitude de variations de tempo, des passages judicieux du black au heavy, intégrant des plans plus symphoniques et atmosphériques. A la manière d'un Dimmu Borgir, la musique est imposante. Le chant extrême à la sauce Dani Filth est principalement hurlé et death, mais savamment adouci par la présence féminine de Laura qui amène une touche lyrique (en latin s'il vous plaît...).

Comme je l'ai déjà écrit, on retrouve tous ces ingrédients dès le morceau d'ouverture. Même si toutes les compositions les reprennent, il n'y a pas pour autant de redite. L'album s'écoute d'une traite sans aucune lassitude. Mieux encore, pour moi le meilleur morceau est le dernier, "In paradisum". Les contrastes musicaux y sont vraiment saisissants, avec une grande présence des claviers, et une part plus importante de chant lyrique. Une bien belle façon d'apporter un point malheureusement final à cet album.

Pour conclure, Akroma nous livre encore un bel opus, avec seulement six morceaux, mais suffisamment longs (sept minutes en moyenne) pour dévoiler le talent du combo et nous tirer de nombreuses émotions. Si vous ne connaissez pas le groupe, je vous le recommande grandement !