metal Métal > AkiRïse

Biographie > Aki Rïse

AkiRïse est né en avril 2003 sous l'impulsion de six potes musiciens. L'aventure prend une tournure beaucoup plus sérieuse avec l'enregistrement d'une première démo quatre titres Ça pête en l'air, supervisé par Mickaël Vallesi du groupe Furia, en juillet 2003. Au fur et à mesure de leur progression, le groupe s'oriente vers des titres plus "fusion anticore" (sic), fuyant les structures communes et intégrant des influences dub, punk, métal, électro, hardcore.
En juin 2005 le groupe rentre en studio avec Mickaël Vallesi pour enregistrer un 6 titres, ... Comme des mouches, ce qui leur permet d'intégrer le collectif Furia Prod (Furia, Beyon-d-lusion, Kemet, Nowonmai) et d'être présent sur la compilation Furia prod.

AkiRïse / Chronique LP > Brouiller l'écoute

Aki Rïse - Brouiller l'écoute AkiRïse revient cette fois avec un album entier, Brouiller l'écoute brouille les pistes avec douze titres mi-figue mi-raisin. Changements de tempo et changements d'ambiance, le Aki fout le dawa et en effet cet AkiRïse là oscille entre riff d'enfer et riff platonique, le tout dans un bordel où le doute subsiste quant à son organisation.
Intro qui rebondit en écho, "L'éveil" met le train en marche, des soupapes au ronronnement régulier mais dont la mécanique s'emballe, déluge de guitares s'abattant de manière synchronisée, rythme tachycarde très accrocheur. "Petits bateaux" est coulé dans le même moule, bons riffs d'intro, bon breaks, mais quelques passages incongrus fragilisant la viabilité du titre, -Maman, les p'tits bateaux- à l'intérêt quelque peu limité.
Peut-être est-ce la façon d'AkiRïse de justement Brouiller l'écoute, cette manière assez particulière, un tant soit peu oppressante, cette habitude de précipiter un camion de 35 tonnes dans ta face, basse-batterie-chant-guitare calés sur la même phrase rythmique binaire, notes à notes, coups d'armes à feu, impact sonore garantie, étouffement audio haute-fidélité. "Les raisins de la colère" est une belle entrée en matière, rythme groovy, changement d'ambiance bien senti, chaloupement magique se déchainant en tempête saturée, AkiRïse s'est mis en quatre pour délivrer un titre intéressant à bien des points de vue, titre un peu épileptique qu'il est difficile de suivre, impossible à pourchasser dans ses changements de direction imprévus.

AkiRïse / Chronique EP > ... Comme des mouches

Ak rïse : comme des mouches 6 titres massifs, oscillant entre métal et fusion, que l'on pourrait comparer à Lofofora pour les textes, ou à Clone Inc. pour les quelques influences dub que l'on y retrouve. AkiRïse n'en n'oublie pas pour autant de mettre un peu de funk dans ses titres, pour les faire rebondir et les dynamiser. ... Comme des mouches saute à la gorge, impressionne par sa maturité, entre titres percutant et paroles percutantes, "Bush rit" en est un bon exemple, avec sa basse claquante, son petit break funk et ses paroles fluides comme des bombes. "www.gaia.com" d'un autre côté essaye aussi de reprendre le créneau de la chanson à texte, pour lutter contre la bêtise humaine, mais tombe un peu dans les travers qu'elle dénonce, la faute à des amalgames finaux un peu facile qui désservent le titre au possible, pour vouloir dénoncer certaines dérives modernes, il faut disposer d'un argmentaire irréprochable, après tout -Refaire le monde dans un canapé est à la porté du premier beauf affalé- (Lofofora).
Derrière ses guitares affutés, AkiRïse mène une bataille continuelle, aidé en celà par deux chanteurs se faisant écho et se donnant la réplique, entre deux coups de slaps, deux coups de grosse caisse, cette joute poétique prend tout sa forme sur des titres comme "Akirise" ou "Intereference dub" et ses influences reggae. AkiRïse s'est aussi des chansons linéraires, sans l'éternel refrain-couplet, des guitares qui suivent le chant, un chant qui suit son histoire, des breaks mesquins, déjantés, et des passages décalés en immersion comme "Culture prolifric" donnant des titres interessants et dynamiques.