team_sleep_team_sleep.jpg L'album éponyme de Team Sleep sortira dans le courant de l'année". Début 2005, une rumeur de plus en plus insistante parcours les recoins de la toile internet, Team Sleep, le fameux projet éléctro-rock mené par Chino Moreno en marge de ses activités avec les Deftones, n'est plus en sommeil. Après maints atermoiements, il est vrai, légitimes (voir la biographie La team dort), le premier disque officiel du "groupe" est prêt à débarquer sur les platines.
Entouré de guests pas forcément très connus, mais qui sont tous des musiciens pour lesquels Chino Moreno a une affection particulière, Team Sleep ne semble pas vouloir céder aux exigences commerciales pour nous offrir un album riche de morceaux mêlant éléctro-rock, pop mélancolique et trip-hop feutré. C'est ainsi que Mary Timony, la chanteuse d'Helium, ou Rob Crow, l'excellent vocaliste de Pinback, ont rejoint le projet pour ce premier disque éponyme. "Ataraxia", premier morceau évoquant l'ataraxie de l'âme (principe épicurien visant à un état de profonde quiétude), puis le sublime single "Ever", font naître chez l'auditeur des émotions contradictoires et bouleversantes. La musique de Team Sleep est discrète, épurée, introspective et sans effets de manche... Chino Moreno et sa troupe n'ayant pas vraiment besoin de ça pour accrocher l'auditeur.
Alors que les premières mesures de "Your skull is red" se font entendre, on se surprend à évoquer les envolées de guitares d'un Explosions in the Sky, les vocaux de Chino Moreno puis les arrangements éléctroniques se chargeant de rappeler que la musique de Team Sleep est définitivement différente de ce que l'on peut voir ailleurs. Rien à voir non plus avec Deftones, Team Sleep évoluant au coeur d'un univers musical radicalement différent du combo pionnier de la vague neo-metal des 90's.
Une fois passée la vague déferlante mélodique des premiers morceaux, Chino Moreno laisse ensuite l'occasion à Rob Crow de faire montre de ses qualités de vocaliste pour percer les brumes mélancoliques de Princeton View, avant de reprendre le micro pour un déchirant et envoûtant "Blvd. Nights". Sixième piste de cet album éponyme, l'interlude "Delorian" a t-il à peine fini de nous faire rependre nos esprits, que Team Sleep plonge l'auditeur dans une douce léthargie avec le petit frère d'"Ever", "Our Ride to the Rectory". Un rêve cold-pop éveillé, onirique et introspectif. "Tomb of Liegia" nous offre le privilège d'écouter une Mary Timony, échappée pour un temps de ses activités avec Helium, pour un titre mêlant pop douce et trip-hop raffiné. Très agréable, même si ce titre ne parvient pas vraiment à sortir des sentiers battus. Si des morceaux tels que "Elizabeth" ou "Staring at the queen" n'apportent au final pas grand-chose à l'album, le groupe relève allègrement le niveau avec un "Ever since WWI", porté par la voix si particulière de Chino Moreno, à la puissance émotionnelle fascinante. Team Sleep conclu son premier effort avec l'instrumental éléctro-pop "Paris arm", puis "11 11", une ballade noctambule qui conclue à merveille cet album insomniaque et hypnotique à souhait. 9 ans après la naissance du projet, le premier véritable album de Team Sleep a donc enfin vu le jour, l'attente aura été longue... mais, même si ce premier opus est imparfait, elle en valait largement la peine, le groupe ayant accouché d'une véritable pépite éléctro-émo-rock dont on met longtemps à se remettre...