Stupeflip - The Hypnoflip Invasion Ils avaient fait le buzz il y a de cela huit ans avec leur tube "Je fume pu d'shit", un titre doucereux et passe-partout mêlé à un barnum sans nom par une attitude désobligeante et des titres percutants tels qu'"A bas la hiérarchie" ou "Stupeflip". A la fois aimé et détesté, Stupeflip récidive deux années plus tard en entretenant le mythe religieux du Crou, organisation mystérieuse intrinsèque au groupe mené d'une main de fer par l'épouvantable épouvantail qu'est King Ju. Et puis ce fut un long silence jusqu'à la sortie récente d'un troisième album au nom "catchy" : The hypnoflip invasion.
Rassurons d'emblée les fanatiques, cette première sortie post-BMG n'a pas changé d'un iota les ambitions et la direction artistique menée jusqu'alors par cette formation décidément atypique. A croire que ces six années n'en ont fait que quelques unes et que King Ju n'a jamais vraiment quitté sa "menuiserie" pour composer ses morceaux facilement identifiables. Sorte d'agent-double musical, Stupeflip flirte, comme à l'accoutumé, avec les extrêmes sur ce troisième album en diffusant une partie de ses morceaux sur une station radio imaginaire sur le canal 72.8. Le groupe enchaine les brulots hip-hop au rappé tranchant ("Stupeflip vite !!!", "La menuiserie", "Chack da crou") qui se mutent en ritournelles synthpop 80's ringardes chantées par le lourdingue Pop-Hip qui d'ailleurs se fait shooter à domicile à la fin du disque. Les titres de The hypnoflip invasion ne sont pas tous à la hauteur mais sont vites rattrapés par l'ambiance décalée, parfois drôle et énigmatique régnant en maître autour de ce disque. Ainsi, le Crou vous fera vivre le phrasé rap d'un sourd ("Chack da crou"), la demande de featuring de King Ju à Mylène Farmer ("Lettre à Mylène"), vous racontera la dure réalité d'acheter un petit blouson en daim de nos jours, vous expliquera ce qu'est le conclave religieux nommé Sinobe Pibouin ou pourquoi aimer les moches n'est pas une honte ("Gem lé moch'). Bref, du lourd(ingue ?) au programme pour ce The hypnoflip invasion, album original dans la plus pure tradition Stupeflipienne qui, selon les protagonistes, serait leur meilleur à ce jour. L'originalité, n'est-ce pas ce que tout mélomane exige d'une œuvre artistique ?