indus Indus > Shane Cough

Biographie > Rennes Cough

Rennes et la Bretagne sont une place forte de la musique industrielle, et malgré la fin de No Place For Soul il y reste des Enragés... Notamment chez Enragé Prod (oh, le bel enchaînement...) qui a signé Shane Cough pour son deuxième album aprés Delight in disorder sorti en 2000 et qui a propulsé le groupe sur toutes les scènes indés de France et des alentours... Mais le groupe est encore jeune et ils se mettent sur pause pour terminer leurs études ou pour traverser l'Atlantique... Les affaires reprennent en 2004 et c'est du côté de Stockholm que le groupe va enregistrer Intraveineuse avec Adam Kviman (Clawfinger, The Rasmus, Backyard Babies...). Le 12 février 2005, le résultat est dans les bacs.

Review Concert : Shane Cough, Me, myspace & my band @ Rennes (janv. 2009)

Shane Cough / Chronique LP > Now you see it

Shane Cough - Now you see it.. Depuis 4 ans, Shane Cough a bien changé, Marianne est partie et avec elle l'identité remarquable du combo s'est envolée, certes sa remplaçante (Burn) a du coffre mais sa voix est différente et pour le fan d'Intraveineuse que je suis, ce n'est pas évident de se plonger dans Now you see it... L'artwork ne donne pas forcément envie non plus : alcool, biftons, pilules, rouge à lèvre, passeport... ça collerait plus à une couv' de S.A.S. ... La douceur et les mélodies du Shane Cough du passé sont oubliées, place à davantage de punk dans l'attaque des textes, davantage d'effets sur le chant et davantage de sonorités électro bien bourrines, bref, direction le dance floor et les traces fluorescentes de Punish Yourself. Durant les 14 titres de l'album (le quinzième ne compte pas, "Requiem" n'est qu'un long bidouillage), le tempo ne ralentit que lors de l'intermède instrumental "When senses fall", constamment nerveux, les Shane Cough ne relâchent la pression qu'avec "Kyua", un ultime titre qui nous fait regretter les cadences précédentes. Car quand ça speed, quand ça s'excite, quand ça part dans tous les sens, ils sont sacrément bons les Bretons ! Si tous les morceaux cherchent plus ou moins à incendier les alentours à grands renforts de riffs, de beats, de rythmes et de cris/chants, je suis plus sensible à quelques uns comme "To the breach" et ses grosses racines rock n' roll, comme "Darren's dilemma" et ses compressions explosives, comme "The calling" et son imparable ligne mélodique.
Garbage sous acides ou Senser dénué de sensibilité, le Shane Cough nouveau est à prendre comme il est, forcément différent mais à coup sûr au moins aussi énergique sur scène...

Shane Cough / Chronique LP > Intraveineuse

shane cough : intraveineuse Pochette de grande classe, titres en anglais, son ultra précis, s'il n'avait pas un nom français (Intraveineuse), qui pourrait dire que cet album vient de chez nous ? Et comme les compos sont excellentes, c'est sûr : Shane Cough joue dans la cour des grands ! Les guitares abrasives se marrient aux rythmes plus ou moins binaires et à la voix de Marianne, véritable catalyseur des énergies du groupe. C'est elle qui nous charme, autant par sa douceur ("Toxic body", "Suffocate me") que par son agressivité ("Remember the taste", "Headstripping"), aussi à l'aise dans les deux registres, la palette des couleurs de ses mélodies est aussi vaste que les ambiances créées par le groupe tout au lond des 13 plages qui nous sont proposées. Ce chant féminin assez peu courant dans le rock/métal indus ne nous renvoie ni à Senser ni à Garbage, Shane Cough puise son inspiration dans suffisament d'endroits pour ne pas s'enfermer et il y a toujours un petit quelque chose pour brouiller les pistes, exemple avec "Suspended", enlevez le chant et vous avez un titre très marqué par le style récent de Marilyn Manson mais on ne peut pas enlever le chant... Ou alors, c'est volontaire et on est dans l'espace "Don't look back" où les machines ont pris le dessus... Intraveineuse marque des points et s'infiltre en nous via des mélodies glam et marquantes comme "Tastes of bruises" ou "Killing mood", deux compositions à l'efficacité redoutable qui devraient faire plier plus d'un directeur des programmes en mal de tubes indés...Shane Cough a passé un nouveau cap, il y a fort à parier que l'on va entendre parler d'eux dans un avenir trés proche.