indus Indus > The Qemists

Biographie > The Qemikal Browser

Ils sont 3, sont originaires de Grande-Bretagne et se sont nourris depuis leur adolescence du son des Chemical Brothers et autres The Prodigy. A leurs débuts les The Qemists font leurs premières armes comme remixeurs pour Coldcut, Dr Octagon et Roots Manuva avant de publier un premier maxi vinyl pour un remix du ""Everything is under control" de Coldcut via le label de référence en matière d'électro/rock britannique : Ninja Tune (Amon Tobin, Bonobo, Daedelus, Fink, Kid Koala...).
Mais avant ça, les Qemists ont tout d'abord commencé à travailler ensemble comme batteur, bassiste et guitariste dans un groupe rock. Cela leur a permis de faire le tour de l'Angleterre et de l'Europe, puis de passer un peu de temps en studio. C'est à cette époque, qu'ils se tournent vers la drum n' bass, alors que le mouvement était en pleine explosion. Pendant les années qui ont suivi, ils ont donc joué le jour dans un groupe rock et mixé de la d'n'b la nuit jusqu'à ce que l'évidence s'impose tout naturellement à eux : pourquoi ne pas faire les 2 à la fois ? Résultat, The Qemists sort courant 2008 une poignée de Maxi Singles qui attirent sur eux les feux de la rampe avant de faire exploser leur premier album à la face du monde début 2009. Son titre : Join the Q.

The Qemists / Chronique LP > Warrior sound

The Qemists - Warrior sound Après six années de silence radio (ou presque, un premier titre a fait surface en 2013...), The Qemists est de retour avec un album studio assez perso (il n'y a que 4 guests pour 12 titres alors qu'on a l'habitude de les voir jouer avec plein de monde) qui fleure bon l'électro explosif et qui ravira les fans de La Phaze. Les grosses rythmiques et les structures rock sont de retour au premier plan pour le trio touche-à-tout qui peut autant renverser un dance-floor qu'une main stage en festival metal. Si Charlie Rhymes calme quelque peu la tension et si Ghetts donne davantage un goût londonien à "No respect", les autres invités que sont Hactivist et Crossfaith mettent davantage d'huile sur le feu et envoient Asian Dub Foundation à l'hospice. Grâce à un sens du dynamitage d'articulation hors du commun, un son de basse stratosphérique, des guitares aiguisées comme jamais, une artillerie électro qui pilonne sans arrêt et des mélodies scandées percutantes, The Qemists reprend les devants et risquent bien de nous faire danser jusqu'à épuisement !

The Qemists / Chronique LP > Join the Q

The Qemists - Join the Q Secousse sismique catégorie "électro-clash rock hi voltage" en provenance du royaume de sa très gracieuse majesté,The Qemists débarque avec, sous le bras, ce Join the Q en forme de brique à balancer à travers les fenêtres de Buckingham Palace. Un "Stompbox" sulfurique qui a de quoi faire vaciller la couronne royale et défriser la mise en pli de Queen Liz pour commencer, pas de souci pour la mise en route, le trio britton se charge de tout. Nous, on s'assoie et on déguste. Effet garanti. Electro-rock carto(o)n qui fait imploser les enceintes, The Qemist crame les consoles et s'annonce comme la réponse anglaise au phénomène drum'n bass wallabie Pendulum. "Stompbox", un premier titre et déjà la baffe intégrale, les petits chimistes anglais nous ont concocté un nouveau produit qui va faire des ravages. Mieux qu'un cocktail red bull/LSD/ecstasy, The Qemists, ça s'injecte directement en IV et ça fait pulser les éprouvettes. On ne saura jamais ce qu'ils ont mis dans le tube à essai, mais n'y allons pas par quand chemins, Join the Q, ça défonce furieusement (cf, l'énorme "Got 1 life"...).
Après le rock et un duo pour le moins incandescent avec son altesse Mike Patton (Peeping Tom, Fantômas, Mr Bungle etc..,), pour un featuring haut de gamme il va sans dire, The Qemists se la joue fuckin' da hip-hop avec "Dem na like" et s'il n'évite pas quelques raccourcis un peu faciles, laisse quelques beaux impacts dans les murs du studio. No limits, le groupe cherche le clash, la collision frontale et la trouve. Electronica boosté aux substances synthétiques, effluves rock qui s'écoulent le long des platines, instru calibrées pour carboniser les dance-floors et flow turgescent en prime, "Drop audio" débarque sans prévenir pour atomiser la platine. Une bombe au groove ahurissant. Caliente et foudroyante. La machine à tubes tourne à plein régime, les Qemists livre un véritable catalogue de hits destinés à tourner en heavy rotation sur les radios spécialisées. Décidés à enfoncer un peu plus le clou, ils sortent "When Ur lonely" de leur manche. Un esprit rock qui souffle sur une drum'n'bass tétanisante, un recyclage novateurs, la concurrence peut aller se rhabiller, Join the Q est la profession de foi d'un groupe destiné à tout raser sur son passage. Le verdict final ne souffre d'aucune contestation : Ninja Tune a bel et bien déniché la dernière sensation électro-rock made in England, le monde n'a, quant à lui, plus qu'attendre de subir les dommages collateraux de la déflagration... Nous voici prévenus.