paraffine : interieur nuit Quelle classe ! Pour ceux qui pensaient que 22:22 était un "coup de chance", que la "magie du premier album" avait opéré pour Paraffine, et bien voici Intérieur nuit, un deuxième album au moins aussi abouti et fantastique que le premier ! Tous les choix artistiques faits par Paraffine sont les bons : l'artwork et sa déclinaison, les textes, les mélodies, les ambiances, le son d'ensemble, impossible de trouver quoi que ce soit à dire pour que ce soit "encore mieux". Les onze titres de cet Intérieur nuit sont assez hétérogènes pour éviter les redites et assez homogènes pour donner une couleur propre à l'album, une teinte différente de celle de 22:22. Les Grenoblois calment parfois le jeu pour avoisiner Prohom ("D'infinis couloirs") mais ça ne dure jamais trés longtemps et les riffs métal resurgissent ("Transformé"). Pour amener de la diversité, ils n'hésitent pas à jouer des mots et des rythmes ("Striptease"), à mixer guitares claires et loops scratchés ("Me visiter"), à tater du hiphop ("Extreme paranoia"), à recycler de la comptine ("Insomniac"), à donner de l'ampleur aux atmosphères avec des orchestrations ("Intérieur nuit")... Et bien souvent les guitares sont au diapason du chant pour ce qui est de faire monter la tension ("A coeur ouvert") et tenir l'auditeur aux abois. C'est la force de Paraffine, nous tenir en haleine et nous accrocher, c'est une constante que l'on retrouve sur des titres aussi différents que le speedé "Silence TV" ou le lancinant "L'envers".Paraffine est un groupe discret, qui abat un travail de précision gigantesque pour nous offrir des compositions qui riment avec perfection, Intérieur nuit vient confirmer tous les espoirs de leur premier album, espérons que le public les découvre rapidement pour que les concerts se fassent plus nombreux (et plus au nord !!!).