indus Indus > No Place For Soul

Biographie > No Place For Story

International/Transe/Guerilla, c'est marqué dessus en gros, comme une devise. Deuxième autoprod de No Place For Soul, grosse bombe métal-hardcore-fusion-techno-indus (ouf...), mélant hargneusement samples, guitares saturés, chant légèrement hip-hop, légèrement enragé. Bretons, NPFS va plutôt cherché inspiration du coté gros son que du côté bignou et bombarde... Là aussi le message est politique et enragé, hurlant haut et fort son dégôut de la connerie, du fascisme comme d'autre plaies en -isme. NPFS a intégré pleinement l'electronique et le beat techno dans ses compos, pas seulement pour faire joli, pour décoré, le sample est là comme partie intégrante des morçeaux, équilibrant le déluge de guitare. Entre boite de nuit dernier cri et salle de concert embrumé de sueur, No Place For Soul fait la synthèse des courants majeurs des ces dernières années.
L'étape suivante pour le groupe a été Full global racket, premier album remarqué car remarquable.Le groupe se sépare en novembre 2003...

Interview : No Place For Soul, No Place For War

No Place For Soul / Chronique LP > Full global racket

npfs full global racket C'est chez David Weber aux studios des Forces Motrices (Genève) que No Place For Soul est allé enregistrer ce Full global racket qui est sorti le 20 août 2002. Et en 10 titres (seulement ... et 2 étaient déjà présents sur le maxi...) ils font tout exploser ! Le dance-floor en prend pour son grade avec leur musique ultra percutante, comme si Mass Hysteria avait fait kung-fu en deuxième langue et avait transformé son énergie positive en hargne revendicative. Si dans le son et les rythmes, NPFS est du côté métal-indus, dans les textes, les No Place sont ouvertement du côté José Bové, autodétermination des peuples, Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen... La comparaison avec les Rage Against The Machine s'impose d'elle-même, Massoud (RIP) et les Afghans remplacent les indiens du Chiapas, mais les idées sont les mêmes... Idées de liberté, de rebellion à la connerie humaine, "Total respect" pour les opposants aux "K.nibals" du marché mondial de la chaire humaine stockoptionnisée. A ces armes que sont les discours, les actes (concerts lors des manifs anti-mondialisations), No Place For Soul ajoute une arme de choix à son combat : un album excellent musicalement ! Riffs tranchants, lancinants, chants dictés, balancés, hurlés, parlés, scandés, mélodiques, français, anglais, espagnol, tout se mélange avec délectation et on se laisse charmer et c'est avec joie qu'on reprend les refrains et les slogans "Pace ! // Just follow my pace". Les samples sont hallucinants, les loops et les petits effets nous tombent dessus de partout, les No Place For Soul ne nous laissent pas souffler une seule seconde, histoire de montrer que leur combat est un combat de tous les instants. Quelque soit l'heure, quelque part sur notre planète, des dictateurs militaires ou financiers exercent leurs pouvoirs et ne permettent à la Résistance aucun répit.
Le Full global racket de No Place For Soul est un des tous meilleurs albums de cette rentrée, croisant adulte sagesse et jeune énergie, il devrait fédérer les foules en mal de métal-indus qui pulse et les faire réfléchir sur leur vie.

No Place For Soul / Chronique EP > International/Transe/Guerilla

npfs guerilla "N.P.F.S." : arghh un disque technoïde !!! Erreur, trois secondes plus tard le mur tombe, un gros barrage de guitare encombre la route. la mélodie très électronique se mèle à merveille avec la guitare déchainé. Souvent comparé en substance à Ministry et Atari Teenage Riot, No Place For Soul laisse ici sa carte de visite, dans le genre vitaminé, cross-over à mort. Une seule solution à cette démangeason : secouer la tête !
"France hate" : toujours dans la même veine que ci-dessus, "L'Enfer c'est pas les hommes, l'Enfer c'est ton nombril", Stop hypocrisis ! La petite voix de la conscience crache sa mélodie. Les compos de No Place For Soul sont excellentes, la fusion sample-guitare fort bien réussi. S'il fallait leur trouver un petit point négatif, la voix manque juste un peu de profondeur. Cela ne gache en rien l'oeuvre dressé par ces 5 déchainés. Le fou furieux "A.I.M." débarque dans son avalanche technoïde, ses cris usés, ses guitares destructrices, son beat ravageur. Un must. No Place For Soul : A écouter d'urgence si on trouve que la scène française manque de substance !