indus Indus > Idem

Biographie > Du pareil au même...

Né en 1995 du côté de Nantes, le trio IDEM pratique une musique qui se veut être un subtil alliage dub/rock/indus et cinégénique. Au rayon influences, on pense variablement à Massive Attack, Erik Satie, Nine Inch Nails ou Mogwai pour donner de vagues idées, mais leur coller une étiquette relève quasiment de l'hérésie. En 1999 sort le premier EP du trio, qui déjà dépasse les simples frontières de l'"oeuvre musicale" pour faire d'IDEM, un véritable projet multimédia. 3 ans plus tard, le groupe est sélectionné parmi les "découvertes" du Printemps de Bourges avant de sortir son premier album la même année : Absent without leave. En avril 2004, le groupe enfante de Waterglasscolor, disque composé de titres inédits et de remix du premier album notamment signés Ez3kiel et Lab°. Cet opus est en réalité le premier épisode d'un triptyque musical composé dudit Waterglasscolor puis d'Aérobiose qui voit le jour en 2004 et enfin Out immer qui sort en 2006. Entre-temps, le groupe partage notamment la scène avec Ez3kiel, JMPZ, Hint, Zenzile ou High Tone. En 2007, le groupe publie Aérobiose : Epilogue, un disque compilant les meilleurs titres de sa triologie "Aérobiose" avant de sortir l'année suivante The sixth aspiration museum overview via le label Jarring Effects.

Interview : Idem, IDEM sous le scanner (mai 2009)

Idem / Chronique LP > The sixth aspiration museum overview

Idem - The Sixth aspiration museum overview Electro-dub-rock industriel de très grande classe, IDEM se pose avec The sixth aspiration museum overview comme l'instigateur du crossover idéal d'un Ez3kiel en mode Battlefield et d'un Revo brillant auteur d'un Artefacts/... absolument bluffant, deux autres efforts sortis chez le prolifique label Jarring Effects. Autant dire qu'après un seul morceau ("Who or what"), les nantais nous soufflent les tympans, livrant ici un titre de très haute volée qui explose littéralement nos certitudes pour mieux apposer sa marque. La griffe "made in IDEM". Basses lourdes, spoken-word qui se dilue inexorablement dans des arrangements électro-rock turgescents, guitares tourbillonnantes, noisy-dub indus clinique, mélodies génératrices de sensations fortes façon NIN, le combo pose d'entrée de jeu les bases d'un album cinq étoiles. La voix de Loone (Aïwa) qui vient en filigrane sublimer des contorsions musicales aux réverbs hypnotiques ("Up to good"), "E.C.O.W" et ses effluves dub-rock/trip-hop pas si éloignées d'un Fumuj ou d'un Dub Orchestra, les Nantais maîtrisent parfaitement leur sujet et dévoilent pièce après pièce l'infinie palette des possibilités que suppose leur nouvel édifice musical.
Sombre, lunatique, catalyseur d'ambiances aux émanations narcotiques, The sixth aspiration museum overview est un bijou d'une beauté ténébreuse. Des mélodies aux charmes littéralement vénéneux ("Presque jour"), la puissance de séduction de cet album est imparable. La musique d'IDEM développe des atmosphères à la cinégénie affirmée, ("Show your right on" et ses allures de western post-moderne, "Trauma" et son lyrisme envoûtant) et parvient à se hisser à la hauteur des maîtres que sont Massive Attack et Ez3kiel, l'un pour la chaleur des mélodies envoûtantes, l'autre pour la puissance évocatrice de ses instrumentations. Riffing accrocheur, basse heavy dub, une poésie narcoleptique portée par les subtiles circonvolutions digitales d'un groupe complètement immergé dans son oeuvre ("Stinking flies", "Wake up wake up"), on entre dans l'univers d'IDEM et on aime s'y perdre sans fin en se laissant guider les yeux fermer, à l'instinct. "The mermaid song" et ses aspirations clairement rock, un groove intemporel, "Biesy" et son rythme enlevé, tempo diabolique mené de main de maître par une formation décidée à électriser le final de son The sixth aspiration museum overview. Pulsation digitale, rock énergique dopé par les machines, le groupe échappe à toute classification, livrant un disque magistral qui n'est pourtant qu'une partie de ce qu'est réellement IDEM. Car IDEM, c'est de la musique pour les yeux, des images pour les tympans, un éveil des sens perpétuel...