indus Indus > Dub Trio

Biographie > Heavy dub rock metal à 3


dub_trio_promo.jpg Comme le nom du groupe le suggère très finement, Dub Trio est composé de trois membres. Oui, le problème avec les fins d'années, c'est qu'on les termine parfois au bout du rouleau, ce qui occasionne des entrées en matières de biographie, particulièrement poussives. Cela ayant été donc habilement précisé, derrière le nom de Dub Trio se cachent en réalité DP Holmes (guitare & programmation) Stu Brooks (basse & programmation) and Joe Tomino (percussions & melodica), trois new-yorkais natifs de Brooklyn et qui ont, comme le nom de leur groupe ne l'indique pas forcément, décidé de faire du dub, mais pas que. En clair du dub, oui, mais mélangé à des tonnes d'autres trucs, qui en font un mélange pour le moins unique. Mettez un peu d'éléctro, un soupçon de jazz, une bonne cuillerée de rock et nappez le tout de dub, vous obtiendrez à vue d'oeil ce à quoi peut ressembler Dub Trio. A quelques détails près tout de même...
En 2004, le trio fait ses débuts discographiques avec Exploring the dangers of..., un premier album prometteur mais qui passera un peu inaperçu, sauf auprès d'un certain Mike Patton (Faith no more, Fantômas, Mr.Bungle et notamment fondateur d'Ipecac...) toujours à l'affût d'un bon groupe capable de booster sa créativité. Celui-ci décidé de les inviter à collaborer à un vieux projet qu'il traîne dans ses cartons depuis une dizaine d'années : Peeping Tom. Le résultat est un morceau qui s'intitule "We are not alone", à la puissance d'un tube et a la particularité de figurer à la fois sur premier album de Peeping Tom et sur celui du deuxième album de Dub Trio, New heavy (2006, Roir). Un an plus tard sort uniquement via le site du groupe Cool out and coexist, un album live officiel, puis quelques mois plus tard, le troisième opus studio du groupe : Another sound is dying (2008, Ipecac).

Review Concert : Dub Trio, Dub Trio dégaine le Glazart (mai, 2012)

Review Concert : Dub Trio, 25 ans de Bastion au Cylindre (mai 2009)

Dub Trio / Chronique LP > Another sound is dying

dub_trio_another_sound_is_dying.jpg On le sait : rares sont les groupes qui savent réellement changer de dimension à chaque album pour partir du "plutôt pas mal", aller au "très bon" puis parvenir jusqu'à l'excellence. Encore plus rares sont ceux dont on attend beaucoup eu égards à leurs précédents méfaits discographiques et qui savent, album après album, autant nous surprendre que nous impressionner. Il suffira d'une seule écoute d'Another sound is dying, pour accepter le fait qu'avec Dub Trio, ce soit du domaine du possible. D'entrée de jeu, c'est l'impressionnant "Not for nothing" qui nous prend à la gorge. Le trio américain y pose les bases de son dub-metal hybride, alternatif, perforant et tout en saturation électrique. Puissant, massif, exclusivement instrumental mais irrémédiablement addictif. Production énormissime, riffing tellurique, magma sonore à la densité inégalable, en un seul morceau, Dub Trio rend l'acquisition de cet Another sound is dying quasi indispensable. On est complètement bluffé par ce coup de Trafalgar, mais quid du reste ?
Non content d'avoir assommé la scène dub-metal indépendante, le groupe a visiblement décidé de la réduire à l'état de cendres en alignant successivement "Jog on" et son cocktail sulfurique aux tempi changeants, puis l'efficace "Bay vs Leonard". Ligne mélodique entêtante, rythmiques dub léthargiques, rock ravageur, Dub Trio n'a plus grand chose à voir avec l'étiquette "dub" qu'on lui a apposée. Le groupe pratiquant le mélange des genres comme aucun autre, il a su élever l'hybridation musicale au rang d'art ("Regression line", "Respite"). Confrontant leur alliage dub-rock métalliques aux formats et aspirations du mouvement post-rock sur le très beau "Felicitation", les américains parviennent une fois encore à sublimer leur musique pour lui faire atteindre les cimes d'une intensité rarement égalée, si ce n'est par des formations phares du genre, Mogwai, Explosions in the Sky et consorts. Durcissant encore un peu plus leur propos, les new-yorkais font cracher les décibels sur la surpuissante première partie de "Who whants to die ?" avant de soudainement calmer le jeu sur le deuxième acte du même titre. Jamais avare en surprise, les natifs de Brooklyn nous refont le coup de New heavy en collaborant de nouveau avec l'inénarrable Mike Patton sur "No flag". Le résultat, moins efficace mais plus barré que sur "Not alone", n'en mérite pas moins le détour. Ondulant entre distorsions électriques et digressions vocales, un featuring signé Patton ne peut jamais rien présager d'ordinaire, encore moins lorsque celui-ci vient rendre visite à ses camarades de jeu de Dub Trio (ceux-ci l'accompagnent régulièrement en live...). Décidément déchaîné et définitivement métallique, le trio poursuit son oeuvre de démolition en enquillant à la suite "The midnight rider", "Safe and sane" puis "Agonist" et son final psychédélique à souhait. Atmosphères narcoléptiques et réveils brutaux à coup de riffs sauvages, Another sound is dying ne fait pas dans la demi-mesure ("Fuck what you heard", "Funishment") et décrypte en l'espace de 14 titres, l'ultime étape du dernier stade d'évolution d'un groupe vraiment pas comme les autres. A posséder d'urgence...

Dub Trio / Chronique LP > New heavy


dub_trio_new_heavy.jpg Dub Trio parce qu'ils sont trois et qu'ils font du dub... New heavy parce que c'est leur nouvel album et que c'est la ligne directrice de la dernière livraison des new-yorkais. Voilà, ça a le mérite d'être simple, clair et honnête. Et maintenant le détail... Une dizaine de compos dub boostées à la disto d'obédience Bad Brains (normal me direz-vous, ils sont signés sur le même label que ce combo mythique), qui alternent passages utra rock, voire metal, à d'autres plus ambiant dub aves tous les accessoires, à savoir guitare reverb, grosse basse rondelette. On ne s'ennuie jamais à l'écoute de ce disque, tout est là pour réconcilier l'amateur de gros rock brut et le fondu de dub enfumé... Car c'est là, la grande force des Dub Trio, on sent que l'on a affaire à des gens intelligents, de par la manière dont ils enchainent les titres et les ambiances, un peu comme les déjà cités Bad Brains ou encore Dubwar et Police... Quelle claque et surtout quelle classe!
Ca commence sur les chapeaux de roue avec "Illegal Dub", morceau tout bonnement excellent, pour enchaîner avec le très Faith no more "Not Alone" (normal me répèterez-vous, c'est l'inclassable Mike Patton qui s'y colle au micro), d'ailleurs repris sur l'album de Peeping Tom. Et ça continue! Je ne vais pas citer tous les titres, ce serait un poil long... On retiendra le groove maousse de "Angle of Acceptance", le tentaculaire et urbain "Table rock dub" et surtout le final "Cool out and Coexist", un manifeste du genre, qui fait passer de gros riffs heavy bien furieux à des ambiances dub envoutantes et qui s'étire pour se poser sur "Lullaby for...". Superbe! C'est une musique à écouter au casque en se baladantdans une grande ville moderne, car c'est dans les remugles de la jungle urbaine que la
puissance de Dub Trio prend toute son ampleur! Tiens, moi ça m'a donné envie de jeter une oreille sur leur précédent effort Exploring the danger of... On en reparlera!