indus Indus > The Dead Sexy Inc

Biographie > une sacrée équipe !


The Dead Sexy Inc fait dans l'électro-clash, à savoir du punk rock passé à en machines sans adoucissant... Derrière ce pseudo affriolant se "cache" ni plus ni moins que Emmanuel Hubaut (LTNO) et Stéphane Hervé. C'est du côté de Los Angeles qu'ils triturent les sons et assurent quelques DJ sets et remixes, ils repassent par l'Europe pour faire chauffer les dancefloors et écrivent leurs premières compos. Aprés avoir enregistré 5 titres, ils signent chez Electro-Shock en Allemagne et continuent de remixer des titres... En France, c'est XIIIbis Records qui sort l'album Breakme durant l'été 2004, celui-ci est agrémenté de plusieurs remixes... évidemment !
Début 2008, vol en piqué façon Kamikaze pour le combo qui est devenu en trio en 2005 avec l'arrivée d'Alexis G. (Lycosia).

Review Concert : The Dead Sexy Inc, Punis toi au Nouveau Casino (déc. 2009)

The Dead Sexy Inc / Chronique LP > Kamikaze

the_dead_sexy_inc_kamikaze.jpg Breakme n'était qu'une mise en bouche, les compils et les musiques de jeux ou de pubs nous ont fait patienter, voilà enfin le premier album de Dead Sexy Inc.. Avec l'arrivée d'Alexis et donc d'un vrai batteur, le groupe n'a forcément rien perdu en pêche et a gagné en "rockitude" assumée. Le mélange entre électro et rock est désormais bien plus équilibré et donc à même de charmer les personnes moins ouvertes aux charmes des dance-floors. Et même s'il a multiplié les échanges et a invité pas mal de monde à participer à Kamikaze, l'album reste très homogène. On ne peut éviter de citer au moins quelques uns de ces invités, des musiciens comme Christophe De Syd (ex-Y Front jamais loin du trio), Nicola Sirkis (Indochine), Kenzo A (Gadget/Stigmata), un producteur/DJ en la personne de Larry Tee (papa de l'électro clash, il a lancé Scissor Sisters, Fischerspooner, Peaches...) et même des écrivains tels que Régis Clinquart ou Maurice G. Dantec (dont le "Black box baby" est à relier au troisième volet de son Théâtre des opérations : American black box). Musicalement les tempi ont bien entendu beaucoup d'importance et quand ils sont couplés à des samples/loops, ils prennent le pas sur les guitares ("Afterhours", "Black box baby"), quand ils s'adoucissent, les morceaux deviennent très pop ("Safetynet" avec un Nicolas Sirkis pour une fois pas trop énervant). Les ambiances sont variées et les clins d'oeil assez nombreux, "Sourire métallique" nous replace dans le mouvement gothique/batcave et je ne peux m'empêcher de penser que le premier mot (Yesterday) de "Fall in love" fait écho à celui d'"In between days" (The Cure) ou que l'emploi de l'expression crack of dawn (sur "The simple things") n'est pas fortuite (Crack ov Dawn), si cette collision est discutable, celle avec les Sex Pistols sur "God save the queer" est plus qu'évidente. Car oui, Dead Sexy Inc. est aussi punk et sexy, un peu punk et très rock sur "Kamikaze rock'n'roll" et "Bitter fuck", chaudement sexe sur l'électronique "Spam me", les éléments étant explosifs quand mixés ("Babykill").
Rock, binaire et sexy, Dead Sexy Inc. a tout pour plaire aux amateurs d'électro-clash et ce Kamikaze ne rate pas sa cible, en espérant que les pilotes survivront...

The Dead Sexy Inc / Chronique LP > Breakme

the dead sexy inc : breakme Il ne faut pas écouter trés longtemps Breakme pour connaître "Born to loose" par coeur ! Et oui car ce LP est un peu particulier, au départ c'est juste un maxi 5 titres et au gré des rencontres ça devient un album 11 titres avec 5 remixes (dont 3 de ce "Born to loose") et une reprise... Je ne suis pas expert en electro-shock ou en musique de dancefloor mais ce que je peux dire c'est qu'on sent la fibre rock transpirée des titres de The Dead Sexy Inc et surtout qu'ils filent une péche d'enfer ! Idéal pour danser donc... Et "Born to loose" n'est pas mon préféré, peut-être est-il trop "évident" ou alors en suis-je lassé de l'avoir trop entendu lui et ses clones remixés et destructurés. Mon morceau préféré est "Baby's got a crush", ultra rythmé, il me fait penser à du Punish Yourself acidulé, les sons tirent vers le bas et les graves, le loop est efficace en diable, les paroles sont martelées, en trois minutes chrono on est en transe ... Mention spéciale aussi à "She's driving me home", plus posée, cette compo joue sur les atmosphères et les voix plus que sur les rythmes, "D generation" n'en est pas loin mais est déjà bien plus dansante... "I need love" est quant à elle un tube en puissance, le travail de Paul Kendall sur le son a bien servi le duo dans ce domaine !
Et ces remixes alors ? Des trois versions de "Born to loose", c'est vers celle de Blind Vision que va ma souris quand il choisit d'en pointer une, les grosses guitares d'Orphée sont trés bien aussi mais ce côté chancelant et robotique du remix de Blind Vision est imparable ! Le kiff absolu ! Rien à voir avec la version EBM de P24... Syd Ogy de Y Front a lui travaillé sur "I need love", sa version n'est pas trés différente de l'originale, mais je la trouve tout de même un peu plus interessante (ça sent moins le tube...). C'est Jon S Clayden de Pitchshifter qui a eu l'honneur de remixer "Baby's got a crush", il y a encore plus de basse, c'est un poil plus bourrin et ça dure plus longtemps, que demande le peuple ? Cerise sur le gateau rose orange, la cover de "Let's go to bed" parue sur Electro Cured / An electro tribute to The Cure, où comment renvoer les Cure dans la bat cave de leurs débuts...