indus Indus > Carbon Airways

Biographie > Jeunes padawans

Quel drôle d'effet de "biographier" un groupe franc-comtois qui a la particularité de venir d'à peine moins de 20 km de chez vous sans que vous n'ayez eu vent de lui avant (enfin presque, car vous avez toujours une connaissance reliée à tout ça). Normal, ils sont très jeunes, très très jeunes même. Enguérand et Eléonore Fernese sont frère et sœur et font parler d'eux localement en mai 2010 lorsqu'à l'âge de 13 et 14 ans ils sont accueillis et accompagnés à Besançon par l'association Le Citron Vert, tête de réseau des musiques électroniques de Franche-Comté. Passionnés de musiques, tous deux ont fait le conservatoire (lui est violoniste, elle est violoncelliste) puis se sont rapprochés petit à petit des instruments puis enfin des machines et des ordinateurs. Inspirés par The Prodigy, The Chemical Brothers, Atari Teenage Riot, Skrillex ou Ministry, le duo participe en avril 2011 au Off du Printemps de Bourges et à partir de là, tous les festivals de France et Internationaux s'enchainent dont les Transmusicales de Rennes, le Reperkusound, l'Ultra Musical Festival aux USA, les Eurockéennes, Dour et plus récemment le fameux Coachella, sans parler des premières parties d'artistes (Punish Yourself mais aussi Will.I.Am, Indochine, Skip The Use). Signé chez Polydor, le groupe a sorti à l'heure actuel 6 EPs dont Black sun en 2013.

Carbon Airways / Chronique EP > Black sun

Carbon Airways - Black sun Découvert il y a 3 ans grâce à l'électro bondissant de "Kiss of life", le duo Carbon Airways a depuis monté les échelons à vitesse grand V. Devenu une grosse machine drivée par la major Polydor tournant partout, des grands festivals (Coachella est le dernier en date) jusqu'aux émissions de TV les plus célèbres du PAF, les Franc-Comtois ne passent plus inaperçus. Mixé par Dave Sardy (ATR, NIN), Black sun, 5ème EP du groupe, propose une production massive avec basses profondes explosives, des rythmes à te déglinguer les chevilles et des synthés familiers à l'électro moderne : les Carbon Airways vivent avec leur temps et le font sacrément bien. En revanche, les bémols ne sont pas des moindres : leurs chants juvéniles sont altérés par une maîtrise approximative de l'accent anglais ; les refrains (sauf pour "DNA providence", le meilleur morceau) sont peu inspirés et trop prévisibles, cela en créé un déséquilibre ; enfin, les remixs house funky, dubstep et techno qui clôturent le disque sont de piètre qualité donc inutiles. En conclusion, si les compositions étaient du niveau de la production, Black sun serait une belle grosse claque. Car ils nous ont prouvés par le passé qu'ils étaient capables de beaucoup mieux.