indus Indus > 7tone

Biographie > 7tone, petite histoire...

Non ! La production industrielle suisse ne se résume pas à l'horlogerie ! Et non, je ne vais pas refaire une intro avec pleins de clichés bidons comme je l'avais fait pour Shovel... Alors allons droit au but, la Suisse est un petit pays où des putains de bons studios permettent à d'excellents ingé sons d'enregistrer plein de groupes qui dès leurs débuts ont de la gueule. Enregistrer une "démo" en Suisse (ou en Belgique) c'est au niveau de la prod', un peu comme faire un Ep en France... Et quand un groupe a déjà une certaine expérience scénique de par le vécu de ses membres dans d'autres formations et bien un simple 3 titres peut vous foutre sur le cul. C'est ce qui m'est arrivé avec le 3 titres des 7tone...
Enfin... du 7tone de 99 car 7tone existe depuis 96 et a sorti un 6 titres (Spleen) en 97 mais suite à quelques remaniements le groupe a quelque peu hiberné. Raf' le premier bassiste a rejoint Shovelet a été remplacé par Sébastien. Le chanteur quant à lui à quitté le groupe qui ne l'a remplacé que par quelques voix distordues parfois samplées. Bref, ce sont Greg (gratte), Cyrius (gratte), Sébastien (basse) et Raùl (batterie) qui nous livrent en 99 un 3 titres plutôt instrumental.
Quelques années ont passé et le l'album de 7toneest finalement sorti, un peu plus tard que prévu, le groupe s'est plus ou moins dissous, Greg Costacurta est resté à la barre et a signé avec le label Electro Dark pour sortir 14 titres très personnels sous le nom de La science des fous, c'était il y a déjà pas mal de temps, le contact avec Greg s'était rompu, il s'est rétabli à la fin de ce printemps 2003 et si le groupe 7tone ne semble être plus qu'un souvenir (d'autres idées musicales germent dans les esprits suisses), la musique est elle toujours bien présente...

7tone / Chronique LP > La science des fous

la science des fous Tout amateur d'ambiances industrielles malsaines se doit d'écouter cette science des fous, près d'une heure de musique à ne pas écouter seul la nuit, une musique qui me rappelle Sisygambis et qui pourrait très bien servie de bande son au prochain Tetsuo... Ca commencait pourtant doucement avec "Infra norme", mais ce n'était qu'une intro, les choses dangereuses débutaient vraiment avec le matraquage machinale d'"Egowedding", riff de guitare trainant, nappe de synthé hurlant, virevoltage sonique, sombre voix filtrée peu rassurante, jeune fille samplée affolée, tension binaire, voilà le gros du menu de La science des fous. L'album forme un tout, et la séparation des pistes ressemble un peu à un chapitrage, atmosphères et transitions se succèdent sans qu'on puisse dire lesquelles sont les plus stressantes, les quelques douces voix ("Daudi i slottet tar oss", "Half") non trafiquées qui se posent deci delà ne font qu'accroître notre méfiance, on reste sur nos gardes sans savoir ce qu'il va nous arriver... Pourtant les tempos ne sont pas oppressants, ils sont très mesurés, très lents, très discrets, l'attaque "Egowedding" sera finalement le seul assaut sonore d'envergure, comme si le morceau n'était là que pour nous aiguiser les sens et surveiller les moindres mouvements de l'album. Au final, ce 7tone là n'agresse plus l'auditeur, il le laisse juste dans l'expectative d'une nouvelle déflagration métal qui ne reviendra plus, et c'est terriblement efficace.

7tone / Chronique EP > 3 titres

maxi 7 tone 3 titres ("Le père", "Deost", "Pandemonium") livrés dans un digipak somptueux. Voilà pour la forme. Pour le fond, c'est simple, 7tone c'est du métal industriel atmosphérique ou un truc dans le genre selon les classifications en vigueur dans l'Ouest Genevois... En 2 briques à Pyramide "Suisse" puis "Indus" ça vous fait penser à Young Gods, et bien si 7tone ne doit pas en être si éloigné en concert, leurs débuts en studio sont bien plus fracassants que ceux de leurs grands frères spirituels... Moi, je les situe plutôt du côté des sommets atteints récemment par Godflesh ! Mais 7tone n'est ni Young Gods ni Godflesh, c'est 7tone. Et 7tone, ce sont des guitares lourdes et pesantes dont les accords peuvent s'étendre jusqu'au larsen ou des riffs carrément death... Basse et batterie nous baladent à leur rythme dans ce déluge sonore et nous perdent dans l'épais brouillard diffusé par les les machines et leurs sons inquiétants. De 7tone se dégage une ambiance oppressante, une atmosphère à couper au couteau (suisse)... C'est si jouissif d'être assomé par une telle chappe de métal que ces 20 minutes de fabrication helvète ne sont pas prêtes d'être remplacées au coeur de mon rayon indus. L'album se fait déjà impatiemment attendre !!! Il devrait arriver pour l'été 2001...