Sequed in rock V : Monroe Est Morte (Poun) Sequed in rock V : Monroe Est Morte (Poun) Tout d'abord par la crainte de ne pas pouvoir faire entrer tout le monde... 30 minutes avant l'ouverture des portes, il y a déjà foule, que faire si on doit, pour des raisons de sécurité, interdire l'entrée à certains ? Même si le festival est gratuit, c'est la première fois que les organisateurs stressent sur cette question, au final, tout le monde pourra rentrer... Ouf.
Sur scène, les gagnants du tremplin, Wheel Cover, ont déjà ouvert les hostilités, ils envoient un rock avec des références punks sans prendre de risques, si ce n'est d'avoir un chanteur avec une voix nasillarde qui ne plaira pas à tout le monde, en tout cas, moi, j'ai du mal à la supporter...
Poun a lui aussi une voix particulière et même quand elle nous chante en français, il est difficile d'y rester insensible. Mais à peine 3 minutes après le début de leur set, coupure de courant, Monroe Est Morte attend un peu sur scène puis en descend, le public prend son mal en patience (scandant "EDF ! EDF !") et les premiers rangs se désaltèrent avec quelques bières apportées par Romain, le batteur. Après un gros quart d'heure d'angoisse et de courses dans tous les sens, l'organisation souffle, le problème est résolu, les Monroe Est Morte remontent sur scène et remettent le courant sur alternatif. Leur album n'est pas encore disponible mais le public est au taquet et un titre vraiment rock n roll comme "Superhéros" fait des ravages. Krissy a toujours la banane (même si celle qu'il arbore sur la tête s'est considérablement réduite), le groupe est aux anges de voir une telle débauche d'énergie.
Et le public du Sequed'In Rock V n'a pas encore tout donné, la preuve avec la température de la salle, qui devient quasi insupportable quand Unswabbed attaque son concert, In situ ne fait pas dans la dentelle et vu combien de Lillois (et de Belges) sont "Addict" d'Unswabbed, c'est de la folie. Les albums précédent ne sont pas oubliés et "Si souvent" est réclamé puis joué, ça shred et ce n'est pas un problème de jack chez Tof qui va ralentir la machine. Ca pogote et slam de plus en plus, Sequedin est bouillant.
Et Sequedin se désaltère bien plus que prévu, côté cuisine, on est en rade de gobelets plastique et les gentils organisateurs récupèrent et lavent les gobelets utilisés, ça recycle en direct en attendant d'en trouver de nouveaux... Car la soirée n'est pas terminée... Les "petites galères" non plus car après les gobelets, c'est la bière qui vient à manquer... Un achat et une livraison nocturne permettront aux acharnés de ne pas se déshydrater...
Sur scène c'est Enhancer qui met le feu avec "Hardcore version dancefloor", ça tchatche, ça vanne, ça passe dans le public, ça fait gueuler, ça fait chanter, un concert d'Enhancer est toujours plein d'actions, les Parisiens nous gratifient d'une reprise d'NTM pour foutre le feu et nous présentent deux titres à paraître sur Désobéir et si "Rock game" était attendu, on a pu découvrir "A vendre" et son texte centré sur le web 2.0 si rentable... Le petit Jérémy fait le show lui aussi alors qu'il devrait être couché à cette heure-ci, à croire qu'il n'avait "Pas sommeil"... La fin du set est fusionnelle, une partie du public est sur la scène, David saute depuis une baffle dans le public de la scène qui l'envoie ensuite terminer son slam dans le public resté sur le plancher des vaches ! Mais tout a une fin et la mort dans l'âme, les Franciliens terminent leur concert, épuisés et heureux, comme nous tous.