dour 04 sleeppers dour 04 sleeppers "Tout le monde est ok ?" Alors on commence avec les Sleeppers qui ont mis les choses au clair avec leurs riffs supersoniques, le "jeudi" n'est pas une simple entame de festival, et les 20.000 personnes présentes (on dépassera les 120.000 sur le week-end !) l'ont bien compris, l'affiche est certes plutôt dédiées aux MCs et aux DJs, mais les guitares ne sont pas restées dans les étuis. Si Interaction n'est pas encore sorti en Belgique, il semble que le public apprécie déjà beaucoup les compos des girondins... L'essentiel du dernier album est joué et je retiendrais surtout "One" dont les accords lacèrent encore ma mémoire. Parmi les quelques vieux titres, le groupe se lâchera via "Doom" en toute fin de set. Les 50 minutes passent trés vites, il faudra revoir le groupe dans une petite salle pour sentir leur sueur et en profiter plus longuement...

"En face" de la Magic Tent, à savoir dans le Electric Dance Hall, Avril alternait entre rock électro survolté (basse-batterie-chant-machines) et pop (quand il sort sa guitare acoustique), sympathique mais sans plus, surtout que le lascar en fait beaucoup trop entre les morceaux (american style)...

dour 04 : senser dour 04 : senser Retour sous la Magic Tent pour Senser, ça faisait un bail qu'ils avaient disparu de la circulation mais force est de constater qu'ils n'ont rien perdu de leur hargne. Bassiste et guitariste impassibles malgré le déluge de riffs qu'ils balancent, l'homme au mix sur le côté et le batteur derrière, c'est au duo de front(wo)man d'assurer le spectacle ! Bon nombre de groupes de rap pourraient prendre des cours avec les anglais qui maîtrisent l'art de la fusion comme celui de l'engagement (dans un français parfait, on aura le droit à un peu de "agissons contre la guerre en Irak..."). Même si le style qu'ils ont presqu'inventé n'est désormais plus extraordinaire, la patte Senser est encore inégalée...

Fraichement sortis de l'asile, le groupe de multi-instrumentistes !!! (ça se prononce comme on veut mais plutôt genre tchik tchik tchik) mettent de l'ambiance sur la Red Frequency, sorte d'OVNI hyppie-électro, les nordiques font danser le public sous un rayon de soleil, ça ne ressemble à rien (ou alors un croisement de Faithless et des Bee Gees !) mais ça fonctionne !!!




dour04 : xvision dour04 : xvision La journée de vendredi a rééllement débuté avec le concert de X-Vision. Fidèles à eux-mêmes les lorrains ont envoyé sévère durant le peu de temps qui leur était imparti (30 minutes), le temps de jouer le titre qui porte le nom de leur album ("Time of the new slavery") et quelques autres parmi les plus explosifs (avec même le petit pas de dans en hommage aux PopStarAcadémiciens). Cependant le public de Dour à 12h45 n'est pas celui des Eurocks à 18h00, pas encore vraiment réveillés, ils ne seront que quelques uns à montrer leur dévotion en bougeant un peu plus que la tête... Et alors qu'aux Eurocks la fin de set avait duré de longues minutes, ici, à peine le dernier accord lâché que tout est déjà débranché...

dour04 : walls of jericho dour04 : walls of jericho Il commence à faire très chaud à Dour, sous les tentes mal aérées, c'est même difficilement supportable... Candace, meneuse de la revue Walls of Jericho se démène quand même et assure le show, le groupe lui doit beaucoup car musicalement, ça reste du hard core classique (avec tout de même quelques bons passages "plus clairs"), la nervosité de la chanteuse gagne le public qui s'en libère en créant un joli petit pit.

dour 2004 : marcel dour 2004 : marcel Sur la grande scène, une grande partie du public de Dour se retrouve pour la furia Marcel et son Orchestre (après un préambule de Trash et tradition qui fait sa promo "c'est quoi ce bordel ? On n'est pas à un concert de Marcel !"). Aprés un départ sur les chapeaux de roue (avec "Petite culotte", "Où sont passées mes pantoufles", "Body Building", "Méfie-te des 62", "La fée des pov'gars" ...) les chtis calment le jeu avec "Le pornographe" (dédié à Jacques Brel, Claude Nougaro, Jean Lefebvre, Bruce Lee, Marlon Brando...) et "Blasphème" puis "Proce'bal". Aprés les 10 secondes pour dire que les quinze minutes qui suivent sont de la dynamite, place donc au bourreau et à "Faire chier ma soeur" mais également encore un titre de Un pour tous... chacun ma gueule ! avec "Baisse la tête", et comme d'habitude pour finir les vaches font meu meu et meu meu fait la plaine de la machine à feu...

dour 04 : oomph! dour 04 : oomph! La première grosse sensation live arrive un peu plus tard avec Oomph!... Appréciant le groupe sur CD, je les avais encore pas vu en live, juste un aperçu sur le DVD de Velvet Mag #2, vivre le concert est tout autre... Les titres-tubes s'enchaînent, les cinq teutons dans leur combi blanche font trembler le parquet et taper des mains un public aux anges. Dero chauffe la foule et par trois fois va rendre visite aux premiers rangs en slammant, l'osmose entre le quintet et les spectateurs est totale, le public danse et jump plus qu'il ne pogote, les sourirs s'affichent sur tous les visages. Les allemands terminent le concert avec "Augen auf", ou comment apprendre à compter jusque 10 (alors que Rammstein s'était arrêter à 4 avec "Links 234") mieux que la méthode ViKtor !

dour 2004 : 16 horsepower dour 2004 : 16 horsepower Ce n'est pas la même ambiance pour 16 Horsepower mais le concert est tout autant appréciable. Le premier show que j'avais vu des américains il y a déjà quelques années m'avait charmé, le deuxième il y a 2-3 ans au Pukkelpop m'avait profondément déçu et aprés l'excellent intermède Woven Hand vu ici l'an dernier, il semble que David Eugene Edwards ait repris les choses en main, le set est chaleureux, délicat et bénéficie d'un son d'une qualité rare sur une aussi grande scène (la Red Frequency). Le groupe est désormais un trio, mais son leader sait jouer de tout (du bandoléon à la mandoline en passant bien sûr par la guitare) et ne s'en prive pas. Bien rythmé, couleurs agréables (le temps également) un très bon moment !

dour 2004 : kmfdm dour 2004 : kmfdm Après une énième pause bière, c'est assez excité que le public indus se place sous la Magic Tent, KMFDM venait défendre WWIII et ce sans bassiste (parti rejoindre Marilyn Manson), en quelques secondes, il était clair que les allemands n'étaient pas revenus pour faire de la figuration ! Grosses rythmiqes, machines en front stage, le duo vocaliste se complète formidablement et l'absence physique de la basse passe à l'arrière plan tant l'espace est occupé. Si le début du show est trés bon, avec "Stars and stripes" le niveau monte encore d'un cran et c'est aux Ministry et Punish Yourself (incompréhensiblement absent de ce Dour 2004) qu'il faut penser pour trouver des références tant le concert était intense. K F M D M est scandé ("A drug against warndhal") et "Rusty-like" achève de nous convaincre que c'est un des meilleurs groupes métal indus qui vient de s'offrir en spectacle ! (désolé, le robot a dégueulassé la photo...).





Chaque année, Dour me livre une découverte post rock de qualité, cette année, c'est sur la scène Nameless que j'ai pu goûté à Tom SweetLove. Du post rock multi-instrumental très doux, suave, sur une base guitare-basse-batterie, les cinq belges nous promènent dans leurs sonorités délicates, idéales pour débuter la journée sous ce soleil radieux.

dour04 velma dour04 velma Le fascicule de présentation de la scène Nameless annonçait Velma comme un groupe hors du commun... Ils n'avaient (comme toujours) pas tort... Comment les décrire ? Hum disons du post-pop-rock hélvetique imprévisible... Les Suisses sont forts pour jouer sur les concepts et ceux-là, habillés comme des Deschiens smarts, cultivent l'absurde et l'imprévu, le tout dans un cadre clair et précis. Le guitariste prend un freesbee et demande "Est-ce que Martin Van Der Berck est là ? Non ?" et il balance le freesbee dans le public... Le trio en totale liberté était accompagné d'un quatrième larron qui a passé son temps à dessiner (?) depuis le fond de la scène sans que l'on ne sache jamais ce qu'il a fait... C'est à voir (surtout que musicalement, ce n'est pas trop mal !!!).

dour04 : unco mfm dour04 : unco mfm La Red Fred' est plus green que rouge cet aprem, et oui, les Uncommonmenfrommars sont là et malgré les ennuis techniques (une corde de gratte qui péte dés le troisième accord, une basse capricieuse...), la relève punk mélodique française ajoute un rayon de soleil à Dour. Comme Enhancer a fait le plein à côté la Red Freq' n'est que peu fréq'uentée mais cela n'altère pas la performance des martiens "cette chanson est pour les bobs rose, les autres, vous pouvez vous barrez.... nan je déconne...". Et le groupe de terminer en échangeant tous d'instru pour reprendre "Fight for your right" des B. Boys. Rock n Roll.

dour04 explosions in the sky dour04 explosions in the sky Alors qu'il a plu quelques secondes, le public de la fameuse "Magic Tent Nameless" a vécu un concert exceptionnel d'Explosions in the Sky. Sous le chapiteau bondé, les texans ont montré que leurs qualités de compositeurs prennaient une nouvelle dimension quand ils exécutaient leurs titres en live. Le quatuor (jouant parfois à 3 guitares) vit sa musique intensément et nous fait partager cela avec bonheur. Supersoniques, leurs envolées lancées depuis le ras du sol ne laissent aucune seconde au spectateur transi pour respirer... Et une fois le concert terminé, durant les quelques minutes où ils rangent leur matériel sur la scène, ils seront tout simplement ovationnés, le public ne voulant pas croire que le rêve venait de prendre fin.

dour04 : pinback dour04 : pinback Dour est un festival qui permet de découvrir d'excellents artistes, j'ai pu encore une fois le vérifier. Vu la qualité de la programmation Nameless jusque là c'est totalement confiant que j'allais voir Pinback, ce groupe américain assène une pop délicate, jusque là, rien de trés remarquable (encore que les mélodies des deux chanteurs soient toutes impeccables), là où on passe dans la quatrième dimension, c'est en suivant le bassiste dont le jeu est surnaturel ! Il joue de son instrument comme d'une guitare, plaçant des accords incroyables de technicité comme si tout cela était "normal", le son de sa basse étant aussi fin et travaillé que son jeu, la musique du groupe prend alors toute son ampleur. A découvrir (apparement en Belgique, le groupe a déjà quelques fans...).

dour04 aereogramme dour04 aereogramme Dans un autre genre, voilà Aéréogramme, un groupe écossais qui balance ni plus ni moins que du post-rock sauf que celui-ci est teintée d'une voix pop claire à faire pleurer les anges et d'envolées stoner à réveiller les morts. Impensable ? Ecoutez pour voir... Leur nouvel album est prévu pour septembre... Avec une bonne prod, cela peut faire trés mal...

dour04 : girls in hawaii dour04 : girls in hawaii La nuit s'est ensuite poursuivi avec une consécration, celle des Girls in Hawaii, ici chez eux, ils ont les honneurs d'une grande scène et d'un horaire de "stars" (23h) (alors que pour Werchter, festival flamand, ils jouaient -gratuitement- vers 12h ...), les nouveaux porte-flambeau de la pop belge (ou wallone ?) ont charmé le public venu massivement lui apporter un soutien inconditionnel (un peu comme pour Bernard, faux-héros d'un film à sortir prochainement dont quelques scènes ont été tourné juste avant le concert). Leurs titres sonnent ici comme des tubes mais c'est toujours avec décontraction (et classe) qu'ils les abordent, guitares claires, mélodies simples, charisme fou et chauffage de public ("Odin à poil"), seul petit hic dans le récital, une question posée au public "quel concert vous a le plus plus jusqu'à présent ?" : aprés quelques secondes de brouhaha se dégagent un lourd "Diam's - Diam's - Diam's ...", le public de connaisseur de Dour digère vraiment mal le commercial... (pour rappel, la Diams's n'a joué qu'un titre -"Incassable" (sic)- et a quitté la scène, appréciant guère les petits suisses, les oeufs et les bouteilles en plastique volantes...

Quelle soirée ! Il fallait attendre 1h30 du mat' pour voir Mondo Generator, le plus simple dans ce cas-là est de se rendre sur place, la programmation étant assez cohérente, le groupe qui précède doit valoir le coup. En effet le Fifty Foot Combo méritait le déplacement, leur stonerockabilly instrumental est ultra efficace et la présence d'un orgue Hammond donne un esprit encore plus festif, le public en redemande et gagne quelques minutes précieuses...
dour04 mondo generator dour04 mondo generator Le temps pour les californiens de faire leur propre line check (en 15 minutes chrono), je discute avec deux buveurs de bière qui avaient pris le risque de poser leurs bières (d'avance) non loin de moi. Ce sont deux espagnols qui sont venus de Madrid juste pour Mondo Generator, l'un des deux m'explique qu'il est né à Pasadena et que sa tante était au lycée avec Nick et Josh... On s'échange nos mails pour se refiler des photos et le concert commence... C'est quasiment la formation de Queens of the Stone Age des débuts qui est là (Nick Oliveiri, le batteur et le guitariste), seule pièce ajoutée, une bassiste en mini-tenue d'infirmière qui n'est pas uniquement là pour les yeux (ça spiel comme dirait Gui !). Le concert déborde d'énergie, les titres défilent (y compris quelques uns de QotSA, l'heure passe à vitesse grand V et le retour au silence est un choc. Je récupère alors une set-list pour mes nouveaux amis espagnols, je les retrouve et leur file, heureux comme des gamins à qui on vient de décrocher la lune. Est commandée une nouvelle tournée de bière et qui voit-on débarquer au bar ? "! Mira, la bajista !", et oui, la sulfureuse bassiste qui vient prendre une bière (durant le concert, elle en aura balancé une sur le côté de la scène, elle a atterrit dans la tronche des Uncommonmenfrommars !!!), on discute un petit peu, on prend des photos et le madrilène raconte l'histoire de sa tante, ni une ni deux, la demoiselle nous emmène avec elle backstage pour nous présenter au reste du groupe... Ultra dispo, Nick -en pleine forme- est tout étonné d'entendre parler du pays et de savoir que les deux lascars sont venus de Madrid pour son groupe... Les espagnols n'ont pas fait le voyage pour rien, les autres non plus !





dour04 la ruda dour04 la ruda Le dernier jour est toujours difficile... On y va molo donc et les premiers concerts sont vus de loin et partiellement... Grosse drache pour le début du concert de La Ruda mais en quelques minutes, la pluie a compris qu'elle n'était pas de taille à lutter avec le combo souriant, après Percubaba et Marcel, la troisième déclinaison du "rock festif français" a marqué de nombreux points, et terminant son set par un clin d'oeil aux Bérus "Salut à toi"...

dour04 : wunjo dour04 : wunjo Le Wunjo qui vient d'achever la tournée Extralucide par Dour était le bon Wunjo, celui que j'avais vu sur scène pour Ventoline, rage, sueur et gros son bien carré, tout était presque là pour faire oublier les ambiances un peu mièvres de quelques titres du dernier album ("Contre courant"). Le presque c'est pour leurs ridicules tenues de scène (pathétique, il doit y avoir un concours interne à la Nowhere, c'est pas possible autrement !), on a eu le droit à un morceau du prochain album (intitulé Tout ce que je mérite ?), le trés rock n roll "Zéro de conduite" et à un passage de "Superstar" que les AqME livrent en entier un peu plus tard sur la même scène.

dour04 aqme dour04 aqme A l'instar de l'an dernier, AqME a foutu le feu à Dour ! Le groupe a progressé dans l'occupation de l'espace, le light-show est bien plus intéressant que sur la tournée Sombres efforts et comme les compos des deux albums se marient très bien sur scène, c'est une réussite totale... Koma se complet toujours autant à dérouter le public "vous aimez ma chemise ? ok je la laisse... c'est juste que j'ai perdu un pari...", ladite chemise (de type hawaïenne) tombera un peu plus tard aprés un énième passage sur les premiers rangs du chanteur parisien (il faut espérer que les Wunjo aient perdu un pari également pour être ainsi accoutrés tout à l'heure...). très bon concert (tous ont beaucoup plus d'aisance) et comme les titres qui sont devenus des hymnes ("Je suis", "Tout à un détail prés", "Si n'existe pas") déclenchent l'hysterie, c'est vite de la folie sous la tente...

Alors que le collectif Trash et tradition colporte la tragique rumeure (la mort de Johnny, et le pire, c'est que ça marche !!!), la fiesta organisée par les Bérus débutera aprés le show des Monster Magnet... Du gros rock qui tâche avec du cuir et des solos dedans... Le festival touche à sa fin et a battu un record de fréquentation cette année, plus de 120.000 personnes sont venues écouter de la musique durant ces 4 jours, et ce presqu'au sec ! La pluie n'ayant inerféré que quelques minutes uniquement...

dour 04 : skinny puppy dour 04 : skinny puppy Skinny Puppy de retour, ça valait le détour, le groupe en plus d'assurer un set de folie (entre métal indus et électro-ambiant) assure de véritables "performances" ou happening, créations scéniques, images lives en direct et discours politique gravement anti-Bush, tout se mêle dans la terre, le sang et le fracas d'une guitare-basse supportée par une batterie affolante et une tour de machines, prodigieux ! Le passage anti-Bush avec intercation entre les zikos, le flingueur de chanteur et les images qui défilent sur l'écran géant étant un des excellents moments de ce show halluciné.

dour 2004 : bérus dour 2004 : bérus Pour clore le bal des revenants, les Bérus ont fait plaisir à leurs nombreux fans, la formule n'a pas changé depuis 15 ans, c'est toujours du punk industriel avec juste de plus beaux décors (mur d'image, Lola cracheuse de (vive le) feu, vrais déguisements...), tous les tubes y passent, c'est la fiesta... et pourtant, Dour 2004 est terminé...



J'ai aussi entraperçu lors de ce Dour : Laetitia Sheriff, AudioBullys, Die my demons, My second skin, Scarve, Les Caméléons, Austin Lace, Percubaba, Shannon Wright, Dagoba, Enhancer, Svinkels, Shai Hulud, Lali Puna, Karate, Mirrorball, Ikara Colt, The Experimental Tropic Blues Band, Hollywood Porn Stars, Cali, Loisirs, Electric Eel Shock, Dave Clark, 2 Many DJ's, Agent 5.1, The Misfits...